NOUVELLES
16/01/2014 04:33 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

L'Ouganda reconnait avoir eu des soldats tués au combat en Soudan du Sud

Le président ougandais Yoweri Museveni a pour la première fois reconnu que des troupes de son pays combattaient au Soudan du Sud, annonçant la perte de soldats engagés aux côtés de l'armée sud-soudanaise.

L'Ouganda a déployé des troupes au Soudan du Sud cinq jours après le début des combats le 15 décembre pour évacuer des citoyens ougandais et aider le président Salva Kiir mais Kampala était resté vague sur la nature exacte des opérations.

Lors de la clôture du sommet des Grands Lacs, à Luanda, mercredi soir, le président Museveni a déclaré que des soldats ougandais combattaient bien avec l'armée sud-soudanaise, l'Armée de libération des peuples du Soudan (SPLA).

"Au cours de la seule journée du 13 janvier, la SPLA et des soldats de notre contingent ont mené de vifs combats avec les troupes rebelles à environ 90 km de Juba, et nos troupes leur ont infligé une sévère défaite", a-t-il déclaré dans ce discours publié par un média gouvernemental.

"Malheureusement, beaucoup de rebelles ont été tués. Nous avons également déploré des blessés et quelques morts", a-t-il ajouté.

Le Soudan du Sud, indépendant du Soudan depuis juillet 2011, est ravagé depuis un mois par des combats entre des unités de l'armée loyales au président Kiir et d'autres fidèles à l'ex-vice président Riek Machar, limogé en juillet.

Le président accuse son rival et ses alliés de tentative de coup d'Etat. Riek Machar dément, affirmant que Salva Kiir cherche purement et simplement à éliminer ses rivaux.

"Que ce soit ou non un coup d'Etat au Soudan du Sud, il reste une question: pourquoi, si Riek Machar n'a pas préparé un coup d'Etat à Juba, ses partisans ont-ils pris les villes de Malakal, Bor, Akobo?", a ajouté M. Museveni.

Le Parlement ougandais a donné son aval mardi à un renforcement du contingent ougandais au Soudan du Sud où, selon le ministre ougandais de la Défense, Crispus Kiyonga, l'armée de son pays a aidé à éviter "un génocide".

Aucune précision n'a été donnée sur le nombre de soldats engagés ni sur la durée de leur déploiement.

L'Ouganda, dont la frontière avec le Soudan du Sud se situe à moins de 100 km de Juba, est un partenaire commercial majeur du jeune pays.

Plus de 40.000 Sud-Soudanais ont fui en Ouganda depuis le début des combats, qui, selon des sources humanitaires et des analystes, pourraient avoir déjà fait jusqu'à 10.000 morts..

str-pjm/sas/aub/jlb