NOUVELLES
16/01/2014 12:58 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

La Turquie abandonne les accusations contre la "dame en rouge", égérie de la contestation de mai

Les procureurs turcs ont abandonné les poursuites criminelles retenues contre la "dame en rouge", une manifestante devenue icône du mouvement de contestation qui avait secoué Istanbul en mai dernier, a annoncé jeudi le Hurriyet Daily News sur son site web.

Mondialement connue grâce à une photo qui la montrait, vêtue d'une robe rouge, aspergée de gaz lacrymogène lors d'une évacuation musclée du parc Gezi d'Istanbul le 28 mai dernier, Ceyda Sungur était accusée de "provocation dans le but de désobéir à la loi".

Le procureur de la République Huseyin Nazmi Okumus a décidé mercredi de lever ces charges retenues contre Ceyda Sungur et contre quatre autres manifestants.

Un procureur turc a en revanche requis, également mercredi, trois ans de prison contre le policier qui avait fait usage de gaz lacrymogène à moins d'un mètre de la jeune femme.

Le policier a été formellement inculpé pour avoir violé les règles d'utilisation de ces gaz dans la police turque. Sa révocation a en outre été demandée par le procureur.

Le mouvement de contestation sans précédent qui a visé le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avait débuté fin mai par la mobilisation d'une poignée de militants écologistes hostiles à la destruction annoncée du parc Gezi, un jardin public qui surplombe la fameuse place Taksim d'Istanbul.

Leur évacuation musclée avait dégénéré en une vague de manifestations qui, dans tout le pays, devaient réclamer pendant les premières semaines de juin la démission de M. Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de vouloir "islamiser" la société turque.

La répression avait fait au moins 6 morts, plus de 8.000 blessés et des milliers d'arrestations.

txw/fb/all/jeb