Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La répression de l'homosexualité s'accroît dans le monde, s'inquiète le Parlement européen

Le Parlement européen a "condamné avec force" jeudi l'adoption, dans plusieurs dizaines de pays, de lois destinées à réprimer de plus en plus durement l'homosexualité.

Un total de "78 pays considèrent toujours les activités consenties entre adultes de même sexe comme un délit", déplorent les élus européens, soulignant que dans sept de ces pays, les gays et lesbiennes sont passibles de la peine de mort (Iran, Mauritanie, certaines parties du Nigeria, Arabie saoudite, certaines parties de la Somalie, Soudan et Yémen).

Le Parlement "appelle les 78 pays susmentionnés à ne plus considérer comme une infraction les actes consentis entre adultes de même sexe". Les eurodéputés ont lancé un appel plus particulier aux autorités du Nigeria - où une loi restreignant fortement les droits des gays a été promulguée lundi - et de l'Ouganda, où le parlement local a adopté en décembre un texte similaire.

En outre, criminaliser l'homosexualité "constitue un obstacle de taille" à la lutte contre le sida, car "les groupes à risque ont peur de l'intervention des professionnels de la médecine", observent les parlementaires dans leur résolution.

Les élus européens demandent par ailleurs à la Russie d'abroger la loi promulguée en juin par le président Vladimir Poutine, qui interdit la "propagande" de l'homosexualité devant les mineurs. Ce texte "accroît la discrimination et la violence à l'encontre" des gays et lesbiennes, s'inquiète le Parlement.

ab/aje/jeb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.