NOUVELLES
16/01/2014 05:23 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

La Corée du Nord est "calme", assure un sénateur nippon après une visite à Pyongyang

Un sénateur japonais a déclaré que la Corée du Nord semblait "calme" malgré la purge à son sommet le mois dernier, jeudi au retour d'un voyage de quelques jours sur place.

A propos d'éventuelles tensions qu'il aurait pu ressentir à Pyongyang, il a répondu "c'était calme" aux médias japonais qui l'interrogeaient lors d'une étape à Pékin sur le chemin du retour vers le Japon.

Antonio Inoki, ex-star de catch devenu sénateur au Japon, avait rencontré en novembre Jang Song-Thaek, l'oncle par alliance du numéro un nord-coréen Kim Jong-Un, lors d'un précédent passage dans la capitale nord-coréenne. Jang Song-Thaek, qui a servi de mentor à son jeune neveu lors de ses premiers mois à la tête du pays, a depuis été arrêté, jugé et exécuté en l'espace de quelques jours, mi-décembre.

M. Inoki est néanmoins retourné en Corée du Nord ces derniers jours et y a rencontré Kim Yong-Il, directeur des affaires internationales du Parti des Travailleurs de Corée, le parti unique au pouvoir à Pyongyang, et d'autres responsables politiques.

"Ils m'ont fourni quelques explications sur les conditions de la purge", a déclaré sans plus de précision le sénateur japonais, membre d'un parti d'opposition de droite au Japon.

M. Inoki a indiqué en outre avoir reçu un document "officiel" de la Corée du Nord autorisant le principe d'une visite d'une délégation de parlementaires japonais à Pyongyang à l'avenir, d'après l'agence de presse nippone Kyodo.

Selon l'agence, M. Inoki, qui dirige aussi une fondation de promotion des échanges sportifs, a déclaré avoir échangé avec les responsables nord-coréens à ce sujet. En 1995, il avait organisé en Corée du Nord un tournoi opposant des catcheurs professionnels japonais et américains.

"J'ai suggéré de refaire la même chose", a-t-il déclaré aux journalistes à Pékin.

Le Japon n'a pas de relation diplomatique avec la Corée du Nord et conseille à ses ressortissants de ne pas se rendre dans ce pays, du fait du programme nucléaire et balistique de Pyongyang et d'un contentieux autour de Japonais enlevés par les Nord-Coréens dans les années 1970 et 1980.

La visite de M. Inoki est intervenue quelques jours à peine après celle d'une autre ancienne star du sport, beaucoup plus connue internationalement. Dennis Rodman, ex-vedette de la NBA (la ligue américaine de basket-ball), vient de passer quelques jours à Pyongyang pour voir son "ami" Kim Jong-Un et y organiser un match de basket, une visite qui a suscité la controverse.

sps/hg/pn/ros