NOUVELLES
16/01/2014 01:06 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Keystone XL : le ministre Baird presse l'administration Obama de décider

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, John Baird, a répété mercredi à Washington son appel pour presser l'administration Obama à rendre rapidement sa décision au sujet du projet de pipeline Keystone XL de TransCanada.

M. Baird a consacré la première journée de sa visite de trois séjours aux États-Unis à multiplier des apparitions publiques avec deux sénateurs démocrates pro-Keystone. Heidi Heitkamp du Dakota du Nord et Mary Landrieu de la Louisiane ont réitéré leurs frustrations pour la longue attente de la décision de leur administration.

« Un homme politique - le président des États-Unis - peut dire "oui" à un grand projet qui créera des emplois des deux côtés de la frontière et qui contribuera à l'indépendance et à la sécurité en matière d'énergie », a déclaré John Baird, en réponse à la question d'un journaliste.

En trois différents endroits, le ministre fédéral a martelé l'expression : « C'est le temps de prendre une décision », une façon de montrer clairement la frustration du gouvernement canadien devant la lenteur du processus d'approbation du projet Keystone XL.

L'oléoduc devant transporter du pétrole brut de l'Alberta jusqu'au Texas, qui fait face à une opposition virulente de la part d'écologistes, est à l'étude au département d'État américain. La décision sur Keystone incombera ultimement au président Barack Obama, qui a dit qu'il approuverait le projet seulement s'il ne fait pas croître sensiblement les émissions de gaz à effet de serre.

Interrogé sur le moment où pourrait tomber la décision américaine, le ministre a dit qu'il s'attendait à ce que le Département d'État dévoile son évaluation dans les semaines qui suivront le discours sur l'état de l'Union du président Obama, le 28 janvier.

La sénatrice Landrieu, qui doit se battre pour conserver son siège en Louisiane, a de son côté souligné que le projet d'oléoduc Keystone XL est populaire dans son état. Comme ses autres interlocuteurs, elle a aussi affirmé que le Canada et les États-Unis ont fait beaucoup pour se débarrasser du charbon et qu'ils ont les mêmes normes en matière des émissions de gaz à effet de serre et les mêmes normes en ce qui concerne les émissions des véhicules.

Avant la fin de son séjour à Washignton, John Baird doit aussi rencontrer son homologue John Kerry ainsi que le secrétaire des Affaires étrangères du Mexique Jose Antonio Meade et d'autres personnalités influentes.