Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

John Baird presse Washington d'agir dans le dossier Keystone

Canadian Foreign Affairs Minister John Baird speaks at a U.S. Chamber of Commerce luncheon in Washington, Thursday, Jan. 16, 2014. (AP Photo/Cliff Owen)
Canadian Foreign Affairs Minister John Baird speaks at a U.S. Chamber of Commerce luncheon in Washington, Thursday, Jan. 16, 2014. (AP Photo/Cliff Owen)

WASHINGTON - Le ministre fédéral des Affaires étrangères, John Baird, a profité de son discours devant des gens d'affaires à Washington, jeudi, pour lancer un appel pressant à l'administration Obama afin qu'elle prenne une décision rapide sur le projet d'oléoduc Keystone XL.

Prenant la parole de l'autre côté de la rue de la Maison-Blanche, M. Baird a affirmé qu'on se devait d'agir dans les plus brefs délais.

Comme il avait fait la veille au Capitole, le ministre a répété qu'il est temps d'agir dans ce dossier.

M. Baird a déclaré devant la Chambre de commerce des États-Unis que les conditions météorologiques favorables approchent pour la construction de l'oléoduc, et que l'occasion devait être saisie.

Le ministre ne souhaite pas voir un seul travailleur «assis à la maison» alors qu'il pourrait se faire offrir un emploi pour ce projet.

Il s'est défendu de vouloir dire au gouvernement américain ce qu'il devrait faire, mais il a insisté pour qu'on agisse rapidement dans ce dossier.

«S'il y a un seul message que je mettrai de l'avant durant ce voyage, c'est celui-ci: le temps pour Keystone est arrivé. J'irai plus loin: le temps pour une décision sur Keystone est arrivé, même si ce n'est pas la bonne. Nous ne pouvons pas continuer dans ce climat d'incertitude», a soutenu M. Baird.

Pendant ce temps, au pays, le président de l’Association canadienne des producteurs pétroliers a fait valoir que les déclarations contre le développement des sables bitumineux du chanteur folk Neil Young sont irresponsables et nuisibles pour les populations autochtones qu'il tente d'aider.

Dave Collyer a tenu ces propos avant un spectacle bénéfice de M. Young à Winnipeg, jeudi soir, dans le cadre d'une tournée de quatre villes en appui aux Autochtones qui vivent à proximité des lieux d'exploitation des sables bitumineux.

M. Collyer a soutenu que le célèbre chanteur comprenait mal les bénéfices économiques générés par l'industrie des sables bitumineux, et qu'il serait heureux d'en discuter avec M. Young lors de son passage à Calgary, en fin de semaine.

La députée fédérale conservatrice manitobaine Candice Bergen a de son côté critiqué les prises de position contre les sables bitumineux de la «gauche-caviar» qui utilise «hypocritement» des produits du pétrole, selon elle.

Le projet d'oléoduc devant transporter du pétrole brut de l'Alberta jusqu'aux raffineries du Texas, qui fait face à une opposition virulente de la part d'écologistes des deux côtés de la frontière, est à l'étude au département d'État américain. La décision sur Keystone incombera ultimement au président Barack Obama.

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.