Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Inde: un ministre accusé sur twitter par son épouse d'avoir une liaison

L'épouse d'un ministre indien a reconnu jeudi qu'elle avait piraté le compte twitter de son mari pour envoyer des messages laissant croire qu'il avait une liaison avec une journaliste pakistanaise.

Le scandale était à la une de plusieurs quotidiens indiens au lendemain de l'apparition de plusieurs messages sur le compte twitter du secrétaire d'Etat chargé des Ressources humaines, Shashi Tharoor.

Ces tweets semblent indiquer des échanges privés entre le ministre et la journaliste pakistanaise Mehr Tarar dans lesquels elle lui fait part de son amour tandis qu'il lui répond que sa femme a découvert leur liaison.

Sunanda Tharoor, femme d'affaires mariée depuis 2010 avec le ministre, a reconnu avoir envoyé ces messages.

"Nos comptes n'ont pas été piratés et c'est moi qui ait envoyé ces tweets", a dit l'épouse du ministre au quotidien Economic Times.

"Cette femme le poursuit sans discontinuer(..) les hommes sont idiots dans tous les cas (..) vous ne le savez peut-être pas mais elle est un agent pakistanais. Où elle l'amour? (..) Je suis tellement bouleversée", a-t-elle déclaré au quotidien Indian Express.

De son côté le ministre (@shashitharoor) a indiqué dans un tweet mercredi soir que son compte, qui affiche plus de deux millions d'abonnés, avait été piraté tandis que la journaliste pakistanaise (@mehrtarar) a démenti toute liaison.

Shashi Tharoor fut un temps sous-secrétaire général de l'ONU et avait dû démissionner en 2010 à la suite d'un scandale impliquant son épouse.

Sa femme avait dans un premier temps déclaré à Indian Express qu'elle allait demander le divorce mais elle a depuis indiqué sur son compte twitter (@sptvrock): "Shashi et moi sommes très heureux ensemble.

adp/ef/jh

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.