NOUVELLES
16/01/2014 02:15 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Inde: six suspects recherchés après le viol en réunion d'une Danoise à Delhi

La police indienne recherchait jeudi de nouveaux suspects dans l'enquête sur le viol en réunion d'une touriste danoise qui a braqué à nouveau les projecteurs sur les violences sexuelles subies par les femmes en Inde.

Les forces de l'ordre ont annoncé mercredi soir l'arrestation de deux sans-abri soupçonnés d'avoir participé à l'agression de la touriste qui a été violée sous la menace d'un couteau pendant pratiquement trois heures mardi en début de soirée.

La femme, âgée de 51 ans, s'était approchée d'un groupe d'hommes pour demander son chemin alors qu'elle tentait de regagner son hôtel situé dans le quartier de Paharganj, où se trouvent des établissements bon marché.

"Nous avons déjà arrêté deux des huit suspects dans cette affaire et nous menons des descentes dans différents endroits pour mettre la main sur les autres", a dit à l'AFP un commissaire de police de Delhi, Alok Kumar.

Les suspects sont "de jeunes hommes, pour la plupart des vagabonds", a-t-il ajouté.

"L'arrestation de deux hommes a permis d'obtenir l'identité d'autres complices que nous recherchons", a ajouté le commissaire.

Une quinzaine de sans-abri avaient été interpellés mercredi près des lieux du crime - coin reculé d'un parc près de la gare de New Delhi - afin d'être interrogés.

Plusieurs personnes sans domicile fixe (SDF) interrogés par l'AFP ont déclaré avoir aidé la police à identifier l'un des deux hommes qui a été arrêté et est déjà connu pour des faits de violence.

"C'était un pickpocket, il volait, notamment les mobiles des passagers des trains sur les quais", indique l'un d'eux sous couvert d'anonymat. Un autre jeune raconte que plusieurs d'entre eux avaient déposé plainte contre lui mais que la police n'avait rien fait.

"Il était vraiment agressif", déclare t-il en montrant des blessures au couteau.

Honte nationale

Cet incident survient quelques semaines après le premier anniversaire de la mort d'une étudiante indienne qui avait subi un viol en réunion et été frappée sauvagement dans la capitale indienne, une attaque qui avait provoqué une onde de choc dans le pays tout entier.

Six hommes avaient été arrêtés : l'un d'eux est mort en prison --un suicide selon les autorités--, quatre autres ont été condamnés à mort et le sixième, mineur au moment des faits, à une peine de prison.

Le nombre d'agressions sexuelles enregistré en Inde continue de progresser en dépit d'un durcissement des peines et d'efforts pour changer les comportements.

La question de la sécurité des femmes à New Delhi a figuré parmi les thèmes importants de la récente campagne pour l'assemblée régionale de Delhi qui a vu le parti du Congrès - au pouvoir au niveau national - battu par le parti anti-corruption Aam Aadmi.

"L'insécurité des femmes est une honte nationale", a réagi l'un des leaders de ce parti, Anand Kumar, sur la chaine NDTV. "C'est notre test à l'acide et nous devons montrer notre différence".

Cette nouvelle agression sexuelle intervient une dizaine de jours après le viol présumé par un chauffeur de taxi d'une Polonaise qu'il avait droguée alors qu'elle se rendait dans la capitale avec sa fillette de deux ans

bb/ef/ros