POLITIQUE
16/01/2014 04:53 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

«Les gens ne payeront pas pour leur lit d'hôpital» - affirme le ministre Hébert

PC

Réagissant pour la première fois à la controverse soulevée par la possibilité que les patients des nouveaux hôpitaux du CHUM et du CUSM paient leurs chambres, le ministre de la Santé, Réjean Hébert, assure qu'il n'en est pas question.

« Les gens ne payeront pas pour avoir accès à un lit d'hôpital. Je ne peux pas être plus clair. C'est un scénario qui n'est pas sur la table de travail actuellement », a-t-il affirmé en entrevue à ICI Radio-Canada. 

Le gouvernement ne songe pas non plus à faire payer les patients pour leur lit en fonction de leur revenu, comme le révélait l'émission La Facture mardi, dit-il. « Si c'est une option qui a été examinée au plan administratif, elle ne sera sûrement pas retenue par notre gouvernement. »

Néanmoins, les règles entourant la tarification des séjours à l'hôpital, vieilles de plus de 30 ans, doivent être revues, selon M. Hébert, maintenant que les chambres de plus de deux personnes, qui sont accessibles gratuitement, tendent à diminuer pour des raisons sanitaires. C'est le cas dans les hôpitaux qui sont rénovés. 

Actuellement, les usagers peuvent obtenir un lit gratuit dans une salle commune ou demander une chambre individuelle ou semi-privée, moyennant le tarif prévu par le règlement de l'hôpital. Des frais qui sont remboursés par les assurances privées des patients. 

Mais s'il n'y a plus d'espace dans une salle commune, les gens sont hospitalisés sans frais dans une chambre à un ou deux lits. 

Réjean Hébert veut modifier les règles pour que la situation soit « équitable » pour tous. « Il n'est pas question que quelqu'un soit exempté [de payer] lorsqu'il est au CHUM et qu'il paye lorsqu'il est à Saint-Hyactinhe. Ça n'a pas de bon sens! »

Parmi les options envisagées, il y a celle de la gratuité pour toutes les chambres, ajoute M. Hébert.

Le hic, c'est que les hôpitaux du Québec ont toujours compté sur les « suppléments de chambres » pour arrondir leurs fins de mois. Ces revenus totalisent 60 millions de dollars par année.

Les assureurs privés seront également consultés. 

Le ministre de la Santé attend le rapport du Comité chargé d'étudier la question avant de se prononcer davantage. 

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le meilleur et le pire du gouvernement Marois Voyez les images