NOUVELLES
16/01/2014 05:35 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Français disparus en Bolivie : nouveau report du procès après la démission d'une juge

L'ouverture du procès du meurtrier présumé d'un couple de Français disparus en août 2010 en Bolivie a connu un nouveau report jeudi, une des juges ayant présenté sa démission, selon la famille des deux victimes.

"Nous venons d'apprendre que la juge, présidente du tribunal de Santa Ana (dans la région de Beni, nord-est), a fait part de sa démission. Nous espérons qu'un autre juge soit rapidement désigné afin d'éviter un nouveau retard du procès", ont déclaré à l'AFP les parents de l'un des disparus, Cécile Blanloeil et Patrick Bellanger.

Pour sa part, Me Audalia Zurita, avocate de la familles des deux jeunes gens, Fannie Blancho et Jérémie Bellanger, a précisé que l'audience sollicitées par les accusés pour suspendre leur détention préventive avait été ajournée sine die, en raison d'un "congé maladie de cinq jours accordé" à la même juge.

Jérémie Bellanger, 25 ans a été vraisemblablement assassiné en août 2010 avec sa compagne Fannie Blancho, 23 ans, à la suite d'une mauvaise rencontre à Guayamerin, un lieu reculé dans l'extrême Nord-Ouest de la Bolivie.

Originaires de Loire-Atlantique, ils effectuaient un périple de plusieurs mois en Amérique du Sud lorsqu'ils ont disparu au petit matin du 29 août 2010.

Le scénario privilégié est celui d'une tentative d'agression sexuelle sur Fannie, suivie d'un double meurtre.

Les corps n'ont jamais été retrouvés.

Le ministère public a demandé la délocalisation du tribunal dans la ville de Trinidad, compte tenu des pressions éventuelles que pourraient subir témoins et jurés dans la ville de Santa Ana, d'où est originaire le meurtrier présumé, Jaime Martinez.

La famille de Jérémie Bellanger est arrivée il y a presque deux semaines en Bolivie pour assister au procès.

gbh/ms/hdz/jeb