NOUVELLES
16/01/2014 07:08 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Face à face entre pro et anti-Dieudonné à Paris, une cinquantaine d'interpellations

Une cinquantaine de personnes ont été interpellées jeudi soir à Paris lors d'un face à face entre détracteurs et soutiens de l'humoriste français controversé Dieudonné dans le quartier de son fief parisien, le Théâtre de la Main d'Or, dans le XIe arrondissement.

Plusieurs dizaines de personnes, scandant des slogans favorables à Israël, se sont rassemblées place de la Bastille, à l'appel de certaines associations juives pour manifester contre Dieudonné, dont le spectacle Le Mur a été interdit dans plusieurs villes pour antisémitisme.

Tout autour, plusieurs dizaines de supporteurs de l'humoriste s'étaient réunis par petits groupes. Les deux camps ont échangé provocations verbales et invectives, mais aucun incident majeur n'a été constaté.

Parmi les pro-Dieudonné, surtout de jeunes hommes, certains se sont fait prendre en photo en faisant des "quenelles", geste présenté comme antisystème mais jugé antisémite par ses détracteurs.

Au moment de la dispersion de la protestation, une cinquantaine de personnes ont été interpellées pour manifestation non déclarée, a indiqué la police.

Dieudonné a été au centre ces dernières semaines d'un bras de fer avec le gouvernement, qui réclamait l'interdiction de son spectacle Le Mur. Pour la première fois, le Conseil d'Etat, la plus haute instance administrative française, a interdit un one-man-show du comédien, au nom de l'ordre public et du respect de la dignité humaine.

Dieudonné a depuis joué une nouvelle version du spectacle, semblable à la précédente mais expurgée des attaques les plus frontales contre les juifs.

Une vidéo mise en ligne sur Youtube par Dieudonné et dans laquelle il chante "shoananas", se moquant de la Shoah, a été retirée par le site de partage, a appris jeudi l'AFP de source proche du dossier.

Dieudonné avait été condamné en appel le 28 novembre à Paris à 8.000 euros d'amende pour "diffamation, injure et provocations à la haine et à la discrimination raciale" pour cette vidéo, une parodie de la chanson d'Annie Cordy "Chaud cacao".

pau-caz-sj-cto/fff/mpd