NOUVELLES
16/01/2014 03:27 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Des allégations « cinglées » selon Dana White

Le président de l'UFC, Dana White, a rejeté d'un trait les critiques de Georges St-Pierre sur les politiques de son organisation dans sa lutte contre le dopage.

Après le gala de mercredi soir, à Atlanta, White a tenu à réfuter les accusations proférées par l'ancien champion des mi-moyens.

« J'ai entendu dire que Georges St-Pierre est fâché de certaines choses que j'ai dites à la conférence de presse, parce que j'ai dit qu'il n'a pas remporté le combat », a d'abord commenté le patron de l'UFC.

Après avoir déclaré que le Québécois ne lui avait jamais fait part directement de ses inquiétudes, White a renchéri. « Tout ce que dit Georges St-Pierre est un peu cinglé. »

Le combattant a affirmé mardi que le refus de l'UFC d'imposer des tests antidopage plus sérieux dans les semaines avant son duel contre Johny Hendricks avait été l'une des raisons de sa décision. Il a annoncé qu'il prenait une pause des arts martiaux mixtes pour une période indéterminée, peu après sa victoire controversée contre l'Américain en novembre dernier.

Le patron de l'UFC a par ailleurs noté que le champion a demandé des tests supplémentaires pour prouver qu'il ne trichait pas, et non parce qu'il pensait que Hendricks prenait quelque chose.

Le président a tenu à défendre le bilan de son organisation en matière de dopage. Il a évoqué, entre autres, l'exemple des poids lourds Josh Barnett et Travis Browne. Ces derniers ont chacun subi un contrôle antidopage avant leur dernier combat, car Barnett avait déjà consommé des substances interdites.

Il a également souligné qu'Antonio « Bigfoot » Silva a déjà perdu une bourse et un boni, après que des échantillons eurent révélé un taux élevé de testostérone pour son affrontement contre Mark Hunt en Australie.

« Alors, si c'est ça être complaisant, j'imagine que nous sommes complaisants. Je ne sais pas quoi répondre d'autre », a dit White.