NOUVELLES
16/01/2014 07:45 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Décès troublant d'un Canadien dans un centre de rétention britannique

AFP

Un Canadien de 84 ans atteint de la maladie d'Alzheimer est mort menotté dans un hôpital de Grande-Bretagne, après avoir passé trois semaines dans un centre de rétention, révèle un rapport de l'inspection des prisons.

Dans ce document cité par l'Agence France-Presse, l'inspection générale de l'administration pénitentiaire (HMIP) qualifie le décès de cet homme de « cas choquant où toute humanité a été perdue ».

Les inspecteurs de l'HMIP ont découvert cette affaire lors d'une inspection surprise au centre de rétention d'Harmondsworth, près de l'aéroport d'Heathrow.

Cet établissement sert à détenir les demandeurs d'asile ou les immigrants en situation illégale dont les dossiers sont en attente aux services de l'immigration britanniques.

Trop malade pour être détenu ou expulsé

Selon le rapport de l'HMIP, les médecins qui avaient examiné l'homme de 84 ans, qui souffrait d'alzheimer, avaient déclaré à l'origine que son état de santé n'était pas compatible avec une détention ou une expulsion. Cependant, il n'a pas été libéré et son affaire n'a pas été non plus signalée aux services sociaux britanniques.

Il est mort à l'hôpital après avoir été menotté pendant cinq heures. Il était détenu au centre de rétention d'Harmondsworth depuis trois semaines.

La direction de cet établissement, géré par le groupe privé GEO, affirme pour sa part que les détenus ne sont pas menottés systématiquement lorsqu'ils sortent du centre. Les agents n'y ont recours que lorsqu'il y a un risque de fuite, explique GEO.

Outré, le secrétaire d'État chargé de l'Immigration, Mark Harper, estime pour sa part que « l'utilisation de la contrainte en pareil cas semble complètement injustifiée et ne doit pas se reproduire ».

« Il est clair que la gestion de l'entrepreneur chargé du centre d'Harmondsworth ne répond pas aux normes établies », a ajouté le secrétaire d'État, selon qui le centre allait désormais être « étroitement surveillé ».

D'autres cas

Plusieurs autres affaires accablantes sont mentionnées dans le rapport, notamment celle d'une personne en fauteuil roulant qui a été menottée durant son trajet à l'hôpital, sans raison valable.

Le rapport de l'HMIP fait aussi état d'un homme mourant qui avait été menotté par les agents même lorsqu'il était sous sédatifs et qu'il subissait une angioplastie à l'hôpital.

Le rapport dénombre 11 personnes détenues dans ce centre depuis plus d'un an, dont une depuis près de deux ans et demi, malgré sa volonté clairement exprimée de retourner dans son pays.

Près de 100 détenus ont également suivi des grèves de la faim pendant les six mois qui ont précédé l'inspection, note le rapport.