NOUVELLES
16/01/2014 11:21 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Centrafrique: les 17 critères pour être candidat à la présidence

Le parlement provisoire centrafricain a fixé jeudi 17 critères que devront remplir les candidats au poste de président de transition, du plus évident - "être de nationalité centrafricaine" - à ceux sujets à polémiques, comme "être crédible".

La liste interdit d'être candidat aux chefs des partis politiques, aux militaires d'active, à tous ceux ayant exercé des responsabilités au sein des institutions de transition sous la présidence de Michel Djotodia et à tous ceux ayant été "membre d'une milice ou d'une rébellion armée durant les 20 dernières années".

Voici la liste des 17 critères établis par le Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire) qui validera ou rejettera lui-même les candidatures et élira lundi le successeur de M. Djotodia, contraint à la démission il y a une semaine:

1 -Etre de nationalité centrafricaine.

2. Etre âgé(e) de 35 ans au moins.

3. Avoir une propriété bâtie en République centrafricaine.

4. Jouir de tous ses droits civiques et d'une bonne moralité.

5. Etre compétent, intègre, crédible, rigoureux, capable d'impulser une dynamique de réconciliation nationale, doté d'un leadership participatif et justifier d'une expérience dans les hautes fonctions politiques, publiques ou privées.

6. N'avoir pas été privé de son droit à l'éligibilité par décision de justice.

7. N'avoir pas été condamné à une peine afflictive ou infamante.

8. N'avoir pas été condamné à une peine d'emprisonnement pour vols, escroquerie, abus de confiance, détournement de deniers publics, faux et usage de faux, corruption et trafic d'influence, infraction aux lois sur les moeurs et stupéfiants, infractions économiques, douanières et fiscales.

9. N'avoir pas été condamné par contumace.

10. N'avoir pas été un failli non réhabilité dont la faillite a été déclarée soit par les tribunaux centrafricains, soit par un jugement rendu a l'étranger mais exécutoire en République centrafricaine.

11. Ne pas être un majeur incapable ou une personne sous curatelle.

12. N'avoir pas été chef d'Etat de transition, Premier ministre chef du gouvernement de transition, membre du gouvernement de transition, membre du cabinet du chef d'Etat de transition, membre du cabinet du chef du gouvernement de transition, à compter du 17 janvier 2013.

13. Ne pas être membre du bureau du Conseil national de transition, membre du Conseil national de transition, membre de la Cour constitutionnelle de transition, membre du Haut conseil de communication de transition, membre de l'Autorité nationale des élections, leader d'un parti politique, magistrat en fonction, membre des forces de défense et de sécurité.

14. N'avoir pas été membre d'une milice ou d'une rébellion armée durant les 20 dernières années.

15. N'avoir pas été impliqué dans la mauvaise gestion d'un département ministériel, d'une administration, d'un office ou d'une entreprise publique en République centrafricaine.

16. Etre en règle avec l'administration fiscale de la République centrafricaine.

17. Déposer sur le compte du Trésor public une caution d'un montant de deux millions francs CFA (3.000 euros), non remboursable pour ceux dont la candidature est retenue.

acp-mc/jpc