NOUVELLES
16/01/2014 11:40 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Bombardier retarde d'un an la livraison des avions CSeries

Le constructeur aéronautique canadien Bombardier a accusé un sérieux revers jeudi avec le report d'un an de la livraison de sa nouvelle gamme d'appareils CSeries, désormais prévue pour le second semestre 2015.

Après avoir repoussé à plusieurs reprises le premier vol d'essai de son nouveau long courrier, qui a finalement eu lieu en septembre dernier, le troisième groupe aéronautique mondial a dû se résoudre à décaler l'arrivée sur le marché du CS100, un appareil de 110 places.

Initialement attendus à l'automne 2014, les premiers appareils seront donc remis aux compagnies pendant "la seconde moitié de 2015", a indiqué Bombardier sans plus de détails. Les premiers CS300 (135 places) seront pour leur part distribués six mois plus tard, soit à l'horizon 2016.

Ce retard avait été anticipé depuis quelques semaines par le marché, les analystes relevant notamment un carnet de commandes assez décevant et des essais en vol moins rapides qu'attendu. Ceci n'a pas empêché le titre Bombardier de décrocher de près de 7% à l'ouverture de la Bourse jeudi et vers 15H00 GMT, il perdait encore 5%, à 4,29 dollars à la Bourse de Toronto.

"Ce retard était largement attendu", a remarqué Fadi Chamoun, analyste chez BMO Capital Markets. Toutefois, a-t-il relevé, "un retard de neuf à 12 mois dans le programme des CSeries n'importe pas outre mesure, tant que cela ne résulte pas en une hausse des coûts de développement".

Les analyses détaillées des données du vol inaugural du CS100 ont amené Bombardier à la conclusion que "la phase des essais en vol exigera plus de temps que prévu au départ". Le constructeur veut s'assurer que "les systèmes de l'avion présentent la maturité nécessaire à la réussite de l'entrée en service".

"Aucun changement de conception majeur"

Le premier appareil de test a notamment pris du retard dans son programme d'essais en vol à l'automne en raison de mises à jour des logiciels de vol plus longues que prévu. Et le deuxième CS100 qui devait prendre part à ces tests n'a décollé que le 3 janvier, soit quelque trois mois après la date initialement prévue pour sa mise en service commerciale.

"Aucun changement de conception majeur" n'est envisagé, ce qui permet d'espérer que le nouveau calendrier soit tenu, a déclaré Mike Arcamone, directeur commercial de Bombardier Avions commerciaux.

Sur une note plus positive, Bombardier a également annoncé jeudi que le groupe aérien saoudien Al Qahtani Aviation Company avait acheté 16 CS300 pour une valeur de 1,21 milliard de dollars.

Cette commande est assortie d'une option d'achat de 10 autres appareils CS300, ce qui porte la valeur de la commande à 2 milliards de dollars si cette option devait être exercée. Bombardier a maintenant un carnet de commandes de 198 avions de la gamme CSeries et des options pour 247 appareils, le tout pour 17 clients.

Le groupe québécois s'est fixé comme objectif 300 commandes fermes de CSeries lors de la commercialisation du premier CS100.

"Un échéancier plus réaliste pour l'entrée en service (de la nouvelle gamme) est bienvenu du point de vue des ventes", a fait valoir Fadi Chamoun. Il reste donc un an et demi à la société établie à Montréal pour vendre une bonne centaine d'appareils si elle veut respecter ses objectifs. Et s'imposer comme un concurrent sérieux face à Boeing et Airbus.

sab/mbr/sl/mdm