NOUVELLES
16/01/2014 06:02 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Arabie: les Américains appelés à éviter une localité chiite

L'ambassade américaine à Ryad a conseillé à ses ressortissants d'éviter de se rendre dans une localité chiite de l'est de l'Arabie saoudite qui avait été le théâtre lundi d'une attaque armée contre deux diplomates allemands.

Après avoir évoqué l'attaque contre les deux Allemands qui ont échappé à des tirs d'armes mais dont la voiture a été incendiée, l'ambassade a indiqué mercredi sur son site internet "avoir ordonné à son personnel d'éviter Awamiya et conseillé aux civils américains de faire de même".

L'ambassade américaine a réitéré ses conseils de prudence aux Américains où qu'ils se trouvent en Arabie saoudite, leur demandant notamment d'éviter les manifestations, d'informer sur leurs itinéraires et d'avoir sous la main les numéros des consulats américains et de la police saoudienne.

Le gouvernement allemand a indiqué mercredi ne pas avoir de raison de croire qu'il y avait une motivation politique derrière les tirs ayant visé ses diplomates.

"Nous n'avons ni preuve, ni indications concrètes selon lesquelles cette attaque contre deux diplomates allemands avait une motivation terroriste, une motivation politique", a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Martin Schaefer.

Il a refusé de commenter des articles de la presse allemande affirmant que les deux diplomates travaillaient en réalité pour le renseignement extérieur allemand (BND).

Mercredi, des articles de presse ont également affirmé que cette attaque avait eu lieu dans le but de les enlever pour extorquer une rançon, excluant la motivation politique.

Awamiya, dans la province de Qatif, continue de connaître des troubles malgré la fin des manifestations à grande échelle dans la région orientale.

Des manifestations dans cette région, où se concentre la majorité des quelque deux millions de chiites du royaume, avaient commencé en mars 2011.

Elles avaient pris une tournure violente avec la mort de dix personnes et les heurts entre la police et les manifestants s'étaient intensifiés après l'arrestation le 8 juillet 2012 de cheikh Nimr al-Nimr, considéré comme le principal initiateur des manifestations.

Mais la tension était retombée en août 2102 lorsque sept principaux dignitaires chiites de Qatif avaient annoncé accueillir favorablement l'appel du roi Abdallah à la création d'un centre de dialogue interconfessionnel entre sunnites et chiites.

aa/mh/vl