NOUVELLES
15/01/2014 06:03 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Washington enquête sur la mort de deux Américains au Soudan du Sud

Les Etats-Unis ont indiqué mercredi enquêter sur la mort de deux de leurs ressortissants au Soudan du Sud, en proie à des violences meurtrières, et renouvelé leur appel à un cessez-le-feu.

Les Etats-Unis ont évacué 450 Américains et appellent les 200 à 300 ressortissants restants à quitter le pays, a indiqué Linda Thomas-Greenfield, secrétaire d'Etat adjointe chargée de l'Afrique, devant des élus.

Les deux Américains morts sont d'origine soudanaise, a précisé Mme Thomas-Greenfield, ajoutant que les Etats-unis étaient encore en train de déterminer les circonstances de leur décès.

Mais les victimes n'ont pas été tuées en raison de leur nationalité, a ajouté un autre responsable américain, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat.

Des combats opposent, depuis la mi-décembre, les forces gouvernementales fidèles au président Salva Kiir et les partisans de l'ancien vice-président Riek Machar dans plusieurs régions du pays.

Ces affrontements entre les deux rivaux ont fait de nombreux morts, les chiffres allant de plus d'un millier à quelque 10.000, et des centaines de milliers de déplacés.

Mme Thomas-Greenfield a appelé à nouveau toutes les parties à cesser les violences, à négocier et à autoriser un accès immédiat aux organisations humanitaires.

"Ni les Etats-Unis, ni la communauté internationale n'accepteront le renversement armé du gouvernement, élu démocratiquement du Soudan du Sud", jeune nation devenue indépendante du Soudan en 2011, a-t-elle déclaré.

"Je suis gravement préoccupée par la crise au Soudan du Sud, qui pourrait s'aggraver. Les dirigeants des deux camps (...) sont en train de trahir les promesses qu'ils ont faites à leur propre peuple", a-t-elle fait valoir.

L'envoyé spécial américain au Soudan et au Soudan du Sud, Donald Booth, tente depuis un mois d'établir un dialogue entre les deux rivaux.

Le républicain Ed Royce, président de la commission des Affaires étrangères à la Chambre des représentants, a prévenu qu'un échec au Soudan du Sud "coûterait un nombre incalculable de vies sans empêcher l'effondrement de l'Etat, dans une région stratégiquement importante".

"La réputation américaine en Afrique est en jeu", a-t-il ajouté. En cas d'échec, "notre capacité à influer sur les événements du continent (...) diminuera aussi certainement".

sct/are/gde