NOUVELLES
15/01/2014 07:00 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

USA: l'agence des médicaments veut réduire les dosages du paracétamol

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a recommandé mercredi de limiter le dosage de paracétamol dans les analgésiques combinés avec des dérivés de la morphine, pour éviter le risque de graves lésions du foie.

La paracétamol est souvent utilisé en combinaison avec des opinoïdes comme l'oxycodone, l'hydrocodone (Vicodin) et la codéine (Tylenol+ codéine). Désormais, la FDA demande aux médecins de ne plus prescrire ceux contenant plus de 325 milligrammes par comprimé ou gélule.

L'agence explique dans un communiqué qu'aucune donnée médicale ne montre que prendre plus de 325 mg de paracétamol par dose offre des bienfaits supplémentaires justifiant les risques accrus encourus pour la santé.

Ainsi, "limiter les doses de paracétamol réduira le risque de dommage hépatique grave résultant de surdose qui peuvent entraîner une défaillance du foie et requérir une greffe de cet organe ou entraîner la mort", écrit la Food and Drug Administration.

L'agence avait demandé en 2011 aux laboratoires pharmaceutiques de limiter, à compter du 1er janvier la dose de paracétamol à 325 mg par comprimé ou gélule.

"Un grand nombre d'utilisateurs d'analgésiques prescrits ou vendus sans ordonnance contiennent du paracétamol ce qui accroît le risque de surdose", indique la FDA. Elle rappelle aussi que boire de l'alcool avec du paracétamol accroît le risque de dommage sur le foie.

Les surdoses de paracétamol comptent parmi les intoxications médicamenteuses les plus fréquentes dans le monde, selon les Instituts nationaux américains de la santé (NIH).

La FDA limite à 4.000 mg par 24 heures le maximum de paracétamol que peut prendre un adulte.

Le paracétamol est indiqué dans le traitement de la fièvre et des douleurs d'intensité modérée. Contrairement aux anti-inflammatoires non-stéroïdiens comme l'aspirine, il n'a aucune propriété anti-inflammatoire et n'accroît pas le risque d'hémorragie.

js/rap