NOUVELLES
15/01/2014 03:14 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

USA: 34 officiers des forces nucléaires suspendus pour tricherie à un examen (US Air Force)

L'armée de l'Air américaine a suspendu 34 officiers chargés de lancer les missiles nucléaires intercontinentaux (ICBM) en cas de guerre pour avoir triché à un examen de routine, a annoncé mercredi l'US Air Force, frappée par un nouveau scandale.

Ces 34 officiers stationnés sur la base de missiles de Malmstrom (Montana) sont accusés d'avoir triché en s'échangeant les réponses à un examen mensuel de compétence.

Ils représentent près de 20% du nombre d'officiers chargés de gérer et potentiellement tirer les 150 missiles nucléaires dont ils ont la charge, a affirmé la secrétaire à l'Air Force Deborah Lee James lors d'une conférence de presse.

"Il y a eu tricherie au cours de cet examen. Un certain nombre d'officiers ont triché, d'autres apparemment étaient au courant et n'ont rien dit pour empêcher cela ou y mettre fin", a-t-elle expliqué en dénonçant un "comportement totalement inacceptable".

Cette nouvelle affaire a été découverte à la faveur d'une autre enquête ouverte contre plusieurs officiers soupçonnés de "possession de drogues".

C'est en enquêtant sur deux d'entre eux stationnés à Malmstrom qu'a été découverte la tricherie à laquelle les deux hommes ont participé. Un troisième officier soupçonné de possession de drogue est stationné sur la base de Warren (Wyoming).

Les Etats-Unis comptent trois bases de lancement de missiles ICBM à Malmstrom (Montana), Warren (Wyoming) et Minot (Dakota du Nord), chacune équipée de 150 missiles.

"Tous les membres de la force ICBM seront à nouveau soumis à l'examen d'ici demain soir", a ajouté Mme James. A ce stade, 100 officiers, soit 20% de l'ensemble des officiers chargés de lancer les ICBM ont passé le test et 97 l'ont réussi, a précisé le chef d'état-major de l'armée de l'Air, le général Mark Welsh.

Il n'y a selon lui "aucun indice" indiquant que l'affaire de tricherie aille au-delà de ce qui a été découvert, selon le général.

"Il est très important de rappeler qu'il s'agit d'un manquement de certains de nos aviateurs. Ce n'est pas la faillite de notre mission nucléaire", a assuré la patronne civile de l'armée de l'Air.

Les ennuis continuent cependant de s'accumuler pour les forces stratégiques américaines qui voient se succéder les scandales.

En octobre, quatre officiers de l'Air Force, dont deux à Malmstrom, avaient été sanctionnés lors de deux incidents distincts pour avoir laissée ouverte la porte qui mène au poste de lancement de missile censée être fermée en permanence.

En août, une inspection de l'armée de l'Air avait jugé "insatisfaisante" l'unité chargée du contrôle des missiles intercontinentaux (ICBM) à Malmstrom.

mra-ddl/gde