NOUVELLES
15/01/2014 02:03 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Quatre personnes arrêtées pour le meurtre de l'ex-chef du renseignement rwandais

MAPUTO, Mozambique - Quatre Rwandais, dont un haut responsable militaire, ont été arrêtés au Mozambique en lien avec le meurtre d'un ancien chef des services de renseignement rwandais et attendent leur extradition vers l'Afrique du Sud, a annoncé un responsable mercredi.

Les Rwandais ont été arrêtés il y a une semaine, a précisé le porte-parole de la police mozambicaine, Joao Machava.

Le corps du colonel Patrick Karegeya, l'ancien chef en exil du renseignement rwandais, a été découvert dans un hôtel luxueux de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 1er janvier.

M. Machava n'a donné aucun détail sur les circonstances des arrestations, mais il semble que la police mozambicaine ait agi après avoir obtenu des informations de la police sud-africaine.

L'un des suspects est le lieutenant-colonel Francis Gakwerere, un haut responsable des forces armées rwandaises, a dit M. Machava. Le nom de M. Gakwerere figure sur une liste de sept personnes qui, selon un blogue tenu par des dissidents rwandais, appartiennent à un escadron de la mort envoyé en Afrique du Sud pour éliminer M. Karegeya.

La police pense que M. Karegeya a été étranglé. Une serviette ensanglantée et le cordon d'un rideau ont été trouvés dans un coffre de sécurité dans la chambre de l'hôtel. Les opposants du gouvernement rwandais estiment qu'il a été tué à la demande du président rwandais, Paul Kagame.

Plus tôt cette semaine, M. Kagame a affirmé que ce n'était qu'une question de temps avant que ceux qui ont trahi le Rwanda fassent face aux conséquences.

M. Karegeya a déjà été un proche allié de M. Kagame, et ils ont combattu ensemble au sein du Front patriotique rwandais. Il a dirigé les redoutés services de renseignement rwandais de 1994, quand le mouvement rebelle de M. Kagame a pris le pouvoir et mis fin au génocide, jusqu'en 2004. Il a ensuite été arrêté et a purgé une peine de 18 mois de prison pour désertion et insubordination alléguées. Il vivait en exil en Afrique du Sud depuis 2007.