NOUVELLES
15/01/2014 07:49 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Mulumba : un rêve devenu réalité

Deux Québécois ont foulé les terrains de la NFL au cours de la dernière saison. Louis-Philippe Ladouceur, vétéran de neuf saisons avec les Cowboys de Dallas, et le jeune Andy Mulumba, ancien des Spartiates du Vieux-Montréal et secondeur recrue des Packers de Green Bay.

Mulumba est de retour au Québec après l'élimination de son équipe défaite par les 49ers de San Francisco, le 5 janvier. Le footballeur de 23 ans d'origine congolaise revient sur son parcours unique à commencer par sa campagne avec les Packers, véritable marché mythique de la plus grande ligue professionnelle en Amérique du Nord.

« L'équipe a beaucoup d'impact sur les gens », explique Mulumba, diplômé en administration à l'Université Eastern Michigan.

À ses premiers pas dans la NFL, ses adversaires lui ont souhaité la bienvenue à leur manière. Il a été victime d'un sévère plaqué dès son premier match.

« Je me suis relevé, j'ai regardé le tableau le tableau de bord et la reprise et j'ai respecté le gars qui m'a fait pancake. Soit que tu te fais battre ou que tu bats quelqu'un. C'est ça la NFL. »

S'il a découvert le football chez les pee-wee avec les Archers d'Hochelaga-Maisonneuve, rien ne laissait présager que Mulumba ferait un jour carrière au football.

Sa famille a fui la guerre civile au Congo et a mis le cap sur Montréal quand il avait 11 ans.

« J'étais dans la maison quand les rebelles sont venus chez nous nous piller. J'étais là avec ma mère. C'est quelque chose que je n'oublierai jamais. Je suis content qu'on s'en soit sorti », remémore Mulumba.

Son ami Aaron

Invité au camp d'entraînement des Packers, il s'est lié d'amitié avec Aaron Rodgers, le quart vedette de l'équipe.

« Il marchait devant moi et je l'ai vu avec un t-shirt avec le continent d'Afrique en arrière avec mon pays qui ressortait »

C'était le chandail de l'organisme Raise Hope for Congo dont la mission est de sensibiliser les géants de l'électronique à cesser d'acheter des terres rares, des minerais très convoités.

Les deux joueurs en sont aujourd'hui les porte-parole.

« Ce n'est pas une affaire (l'exploitation des minerais) qui est légale. Ils vont avoir des enfants qui vont travailler là, beaucoup d'heures, des enfants soldats. C'est comme le blood diamond pour l'électronique »

Aaron Rodgers s'est d'ailleurs montré généreux envers Mulumba quand ses parents sont venus du Kenya pour le voir jouer dans la froidure au Lambeau Field.

« Aaron Rodgers a pu me donner sa suite et j'ai pu les mettre dans la suite, ils étaient bien au chaud »

Réussir dans la NFL

Le mastodonte de 1,91 m (6 pi 3 po) et de 118 kg (260 livres) est passé par toute la gamme d'émotions dans les dernières semaines de la saison, de l'ivresse de réussir un premier sac du quart à la déception d'échapper le quart Colin Kaepernick lors d'un jeu crucial en éliminatoires.

« Le  genou ne m'a pas aidé, mais le gars est quand même rapide », lance Mulumba en parlant de Kaepernick, quart des 49ers.

Le Québécois doit maintenant soigner la blessure au genou qui l'a ralenti au dernier match pour faire de nouveau faire ses preuves au camp l'été prochain.

Son contrat avec les Packers, encore valide pour deux ans, n'est pas garanti.

Ainsi va la vie dans la NFL.

(D'après un reportage d'Antoine Deshaies)