NOUVELLES
15/01/2014 12:11 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Les ventes de maisons en baisse depuis trois mois au pays

En décembre dernier, les ventes de maisons au pays ont baissé, et ce, pour un troisième mois d'affilée, selon l'Association canadienne de l'immeuble (ACI). Entre les mois de novembre et décembre 2013, les ventes résidentielles ont baissé de 1,8 % dans l'ensemble du Canada, y compris le Québec.

Il est à noter que les autres données spécifiques au marché québécois seront révélées, jeudi, par la Fédération des chambres immobilières du Québec.

L'Association canadienne de l'immeuble rapporte par ailleurs une augmentation de 10,4 % du prix de vente moyen des maisons en décembre 2013, par rapport à décembre 2012. « Le prix moyen réel (non corrigé des variations saisonnières) des maisons vendues au pays en décembre 2013 s'élevait à 389 119 $ », affirme l'ACI.

En décembre, les ventes de maisons ventes étaient en baisse par rapport à novembre de près de 60 % dans tous les marchés (excluant ceux du Québec). En revanche, par rapport à décembre 2012, les ventes se sont accrues dans 70 % de ces marchés.

Pour l'ensemble de 2013, 458 000 maisons ont changé de main au Canada, une augmentation d'environ 0,8 % par rapport à 2012.

Dans son analyse, l'économiste Diana Petramala de la Banque TD affirme que c'est la hausse des taux d'intérêt hypothécaires qui freine la demande. Selon Mme Petramala, le marché canadien semble perdre de son élan, parce que les conditions dudit marché se resserrent. À partir des données compilées par l'ACI, l'experte de la TD entrevoit que les Canadiens se trouveront dans un marché « de vendeurs ». C'est déjà le cas à Toronto et à Vancouver, remarque d'ailleurs Diana Petramala.

En août dernier, le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, s'était réjoui de la tendance à la hausse des taux hypothécaires qui s'amorçait alors. De l'avis du ministre, des coûts d'emprunt plus élevés contribuent à équilibrer le marché immobilier et éloignent le spectre d'une bulle spéculative.

De son côté, la BMO estime que le marché canadien de l'habitation a effectué un atterrissage en douceur en 2013.