NOUVELLES
15/01/2014 03:38 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

La NSA espionnerait des ordinateurs grâce aux ondes radio

L'agence de sécurité nationale américaine (NSA) a implanté dans près de 100 000 ordinateurs dans le monde un logiciel qui lui permet d'effectuer de l'espionnage sans que les appareils soient connectés à Internet, rapporte le New York Times.

Dans la plupart des cas, ce logiciel est installé en accédant aux réseaux informatiques, mais la technologie fonctionne aussi grâce à des ondes radio qui peuvent être transmises depuis de petits circuits électroniques ou depuis des cartes USB installées secrètement dans les ordinateurs, selon le quotidien, qui se base notamment sur des documents de la NSA et des témoignages d'experts.

Cette technologie permettrait à l'agence de surveiller ces ordinateurs, mais aussi de « créer des autoroutes numériques pour le lancement de cyberattaques ».

« Dans la plupart des cas, le système émettant les ondes radio doit être installé physiquement par un espion, un fabricant ou un utilisateur qui ne s'en douterait pas », poursuit le journal.

La NSA utiliserait cette technologie depuis au moins 2008, selon le New York Times. Les ordinateurs visés ne seraient pas utilisés aux États-Unis.

L'agence aurait utilisé cette technologie pour surveiller des unités de l'armée chinoise et des militaires russes, des cartels de la drogue, des institutions de l'Union européenne et certains partenaires des Américains dans la lutte contre le terrorisme, comme l'Inde et le Pakistan, toujours selon le quotidien.

La NSA se défend

Dans une déclaration envoyée à l'Agence France-Presse, la porte-parole de la NSA, Vanee Vines, soutient que « les activités de la NSA se concentrent et sont spécifiquement déployées pour viser des cibles de renseignement étrangères valables, et uniquement elles ».

Elle ajoute que l'usage des outils technologiques se fait dans le respect « de la loi, des règlements, de la politique, des procédures, des garde-fous technologiques [...] et de l'éthique ».

Les États-Unis ont accusé la Chine d'avoir lancé des cyberattaques contre des cibles industrielles et militaires américaines. Le New York Times rapporte que lorsque des Chinois ont utilisé un logiciel semblable à celui de la NSA pour espionner des compagnies ou des agences gouvernementales étatsuniennes, les responsables américains ont vivement protesté.

Réforme de la surveillance électronique

Ces révélations surviennent à deux jours d'un discours très attendu de Barack Obama, qui fera le point sur la réforme des programmes de surveillance.

Selon le New York Times, qui cite des sources proches du dossier, Barack Obama devrait « accroître les limitations dans l'accès aux métadonnées téléphoniques, appeler à la mise en place de garde-fous pour protéger la vie privée des étrangers et proposer la création d'un représentant public pour se pencher sur les problèmes de protection de la vie privée devant les cours secrètes régissant le système de renseignement » américain.

Toutefois, il ne devrait pas se prononcer pour que les métadonnées téléphoniques recueillies par la NSA soient conservées par les groupes de télécommunications, et non par l'agence elle-même, comme le recommandait à la mi-décembre des experts mandatés par le gouvernement.

Ce discours s'inscrit dans la réflexion amorcée à la suite des révélations de l'ex-consultant de la NSA, Edward Snowden, depuis juin. Ce dernier a appris aux médias l'existence des différents programmes qui permettent à la NSA d'intercepter des communications téléphoniques et sur le web un peu partout sur la planète.