NOUVELLES
15/01/2014 06:48 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

En Belgique, un "poète national" pour inspirer Wallons et Flamands

A l'instar du Royaume-Uni et des Pays-Bas, la Belgique a désormais son "poète national", qui aura la lourde tâche de jeter des ponts entre Flamands et francophones, deux communautés vivant dans des sphères culturelles qui s'ignorent souvent.

Le premier lauréat de ce titre honorifique est le poète flamand Charles Ducal, né à Louvain en 1952. Auteur de recueils depuis 1987, il est considéré comme l'un des plus importants poètes en langue néerlandaise, même s'il reste relativement méconnu du grand public dans sa province.

En poste pour deux ans, il devra écrire au moins six poèmes par an sur des thématiques liées à la Belgique et proposer des lectures des deux côtés de la "frontière linguistique". Il présentera son premier poème le 29 janvier à Bruxelles à l'invitation des deux centres de poésie à l'initiative de son choix.

"Nous, les Flamands, connaissons des poètes de langue anglaise ou italienne, mais nous ignorons souvent les richesses littéraires de Bruxelles et de Wallonie", a souligné le responsable du Centre de poésie de Gand, Carl De Strycker, qui se défend toutefois du faire du projet un "acte politique".

Charles Ducal cèdera son titre à un poète francophone en 2016.

Les oeuvres du "poète national" seront systématiquement traduites dans les trois langues nationales -- néerlandais, français et allemand.

La tradition des poètes nationaux remonte à la Rome antique, où le titre de "poeta laureatus" a notamment été accordé à Horace. En Angleterre, le titre de "Poet Laureate" est décerné depuis le XVIIe siècle. Nommé en 1999, Andrew Motion a notamment écrit des poèmes sur les attentats du 11-Septembre et la mort de la reine mère. Les Etats-Unis, depuis 1937, et les Pays-Bas, depuis 2000, ont également leurs "poètes nationaux".

La Belgique n'en avait jusqu'ici connu qu'un, le grand poète flamand d'expression française Emile Verhaeren au tournant du XXe siècle.

siu/jri/jh