NOUVELLES
15/01/2014 12:42 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Colombie : fin de la trêve des Farc, pas de prolongation

La guérilla colombienne des Farc a affirmé mercredi avoir scrupuleusement respecté la trêve unilatérale d'un mois à laquelle elle s'était engagée en décembre et a nié toute intention de la prolonger jusqu'aux prochaines élections courant 2014.

"Certaines sources ont émis des conjectures sur le fait que les Farc avaient l'intention de prolonger la trêve jusqu'aux élections" législatives en mars puis présidentielle en mai, mais "nous arrivons à la fin du cessez-le-feu unilatéral", a déclaré à la presse Pablo Catabumbo, l'un des délégués de la guérilla aux pourparlers de paix avec le gouvernement colonbien, qui se déroulent actuellement à Cuba.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), principale guérilla du pays, négocient à Cuba avec le gouvernement colombien pour tenter de mettre fin à un violent conflit armé vieux d'un demi-siècle, qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts.

"Nous, les Farc, informons le peuple de Colombie et le monde de notre respect total de la parole donnée, malgré les agressions et provocations permanentes des forces armées gouvernementales", a-t-il ajouté.

Cette trêve unilatérale commencée le 15 décembre est parvenue à son terme mardi à minuit.

Il s'agissait de la seconde initiative de ce type depuis le début des négociations de paix en novembre 2012, mais jusqu'à présent, le gouvernement s'est refusé à décréter un cessez-le-feu bilatéral, arguant du fait que la guérilla avait profité de précédentes trêves pour se renforcer.

Pendant cette période, l'armée a poursuivi ses offensives contre la rébellion. Le 22 décembre, une opération militaire avait notamment fait au moins dix morts dans les rangs de la guérilla.

Quelques jours plus tard, le ministère de la Défense avait accusé les Farc de ne pas avoir respecté leur engagement en menant le 23 décembre une attaque contre un hélicoptère de la police qui a fait deux blessés dans le nord de la Colombie.

Toutefois, selon des experts colombiens interrogés par l'AFP, la rébellion a plutôt bien respecté la trêve, donnant un signal positif pendant les négociations.

"Les Farc ont démontré leur contrôle sur leurs différentes unités", a souligné Ariel Avila, chercheur auprès de la Fondation paix et réconciliation, y voyant "un message à l'opinion publique".

Selon la Fondation, spécialiste reconnue du conflit colombien, la trêve a été respectée à 95%. Sur les 20 cas d'affrontements impliquant les Farc, seuls quatre ont constitué des "violations manifestes" du cessez-le-feu, la plupart étant des contre-offensives contre l'armée.

Au cours du mois écoulé, environ 21 guérilleros ont été abattus lors d'opérations militaires, selon un bilan établi par l'AFP.

Un autre centre d'étude, le Cerac, a également indiqué que les attaques des Farc avaient diminué d'environ 65% pendant la trêve, par rapport à la moyenne mensuelle.

"Il y a eu un respect significatif de la trêve mais pas total. Cela montre que les Farc peuvent réduire la violence quand elles le proposent et que les négociations ne se déroulent pas avec une guérilla divisée", a déclaré le directeur du Cerac, Jorge Alberto Restrepo.

fj-lda/cb-pz/hdz-ag/sym