NOUVELLES
15/01/2014 11:50 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Canada: flambée des prix de l'immobilier, les banques s'inquiètent

Les prix de l'immobilier résidentiel ont augmenté de 10,4% sur un an au Canada, une tendance inquiétante pour les banquiers en raison du niveau d'endettement des ménages.

L'Association canadienne de l'immeuble (ACI) a annoncé mercredi que le marché de l'immobilier avait légèrement progressé en 2013 en volume (+0,8% par rapport à 2012) avec des prix toujours plus élevés.

Sans se prononcer sur les prix, Gregory Klump, économiste de l'ACI, pronostique que sans "aucune autre modification des règles hypothécaires cette année, il est possible qu'en 2014 les ventes surpassent le total annuel de 2013, si la demande se maintient près des niveaux actuels", avec une économie en croissance permettant plus d'emplois.

Cet optimisme ne semble pas partagé par les établissements de crédit, qui s'inquiètent de la hausse des prix de l'immobilier sans y voir cependant l'existence d'une bulle immobilière.

"Si vous gérez une banque, vous devriez être inquiet" de la hausse des prix de l'immobilier, a déclaré Ed Clark, PDG de la TD Bank, lors d'une conférence bancaire mardi.

De fait, les prêts aux particuliers devraient se ralentir dans les prochains mois, suivant la tendance du dernier trimestre 2013, en raison du niveau d'endettement des ménages et du marché de l'immobilier.

Gord Nixon, PDG de la Banque Royale, prévoit une hausse autour de 5% des volumes d'emprunt des ménages. "Nous aurons une hausse des taux d'intérêt à un moment et donc nous allons vers une période de ralentissement de la consommation et de l'endettement".

L'endettement des ménages canadiens a atteint un niveau record. Selon l'institut de la statistique, le niveau d'endettement, soit la dette des ménages ramenée à leur revenu disponible, s'élevait à 163,7% au troisième trimestre, c'est-à-dire que pour chaque dollar gagné, un ménage canadien en devait 1,6 à sa banque.

mbr/are