NOUVELLES
15/01/2014 03:04 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Allemagne: la croissance économique a ralenti à 0,4% en 2013

Le Produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne, première économie européenne, a augmenté de 0,4% en 2013, ralentissant par rapport à 2012, après un quatrième trimestre faible, selon des chiffres provisoires publiés mercredi.

"Après une phase de faiblesse l'hiver dernier, l'économie allemande a renoué avec une croissance modérée dans le courant de l'année", a expliqué Roderich Egeler, président de l'Office fédéral des statistiques Destatis, lors d'une conférence de presse à Berlin.

Atteinte par ricochet par la crise économique, qui a durement frappé certains de ses voisins européens, l'économie allemande avait encore plus fortement freiné en 2012, limitant sa croissance à 0,7% après une progression de plus de 3% en 2011.

Pour 2013, le gouvernement allemand tablait sur une hausse de 0,5% du PIB pour l'année écoulée, la plupart des instituts de recherche et des institutions économiques avaient des attentes du même ordre.

Au 4ème trimestre, la croissance a été "d'environ" 0,25%, a également indiqué Norbert Räth, de Destatis, sans se montrer plus précis.

Après un premier trimestre de croissance complètement nulle, l'économie allemande avait rebondi de 0,7% au deuxième trimestre, avant de retomber à +0,3% au troisième trimestre.

Les chiffres définitifs de la croissance pour le dernier trimestre, comme pour l'ensemble de l'année 2013, seront publiés le 14 février

D'ores et déjà, la croissance allemande s'affiche comme la plus faible depuis 2009, année où sous l'effet de la crise économique, la première économie européenne avait fondu de 5,1%.

L'année 2013 s'inscrit aussi bien en dessous de la croissance moyenne des dix dernières années (2002-2012), qui s'établit à 1,2%.

Les exportations allemandes, pilier de l'économie du pays, récemment critiquées pour leur vigueur, ont progressé en 2013 de 0,6%, contre 3,2% en 2012, beaucoup moins rapidement que les importations (+1,3%).

"C'est la première fois depuis 2009 que le commerce extérieur n'apporte pas de contribution positive à la croissance du PIB", a souligné M. Egeler.

En revanche, signe que l'économie du pays est de plus en plus soutenue par sa demande intérieure, la consommation privée a augmenté de 0,9%, après +0,8% en 2012.

"La contribution de la consommation a été décisive pour la croissance" en 2013, a déclaré à l'AFP M. Egeler, en parlant comme du "moteur" de l'économie, notamment grâce à un marché du travail "très robuste".

Les comptes de l'Allemagne sont par ailleurs retombés dans le rouge en 2013, avec un léger déficit public de 0,1% du PIB, alors que le pays avait réussi à dégager un léger excédent en 2012, a indiqué Destatis.

maj/oaa/spi/ros