Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un premier roman pour Alexandre McCabe

Alexandre McCabe a reçu le Prix du récit Radio-Canada en 2012 pour son récit très personnel de la journée du référendum de 1995. Ces quelques pages sont devenues, depuis, un roman, qui paraîtra à la mi-mars à La Peuplade. Retour sur deux années bien remplies.

Joint au téléphone à son domicile de Sainte-Béatrix, l'auteur, qui est également prof de littérature, spécialiste de Camus et père de deux fillettes, explique qu'il en est encore à apporter les dernières corrections à son manuscrit.

Chez la Reine était à l'origine un court récit qu'il avait soumis, un peu par hasard, au Prix du récit Radio-Canada 2012. Le texte se distingue, attire l'attention des juges, la journaliste Nathalie Petrowski, le conteur Fred Pellerin et l'éditrice Denise Truax, et remporte le prix cette année-là.

Depuis, Alexandre McCabe l'a retravaillé et intégré à un roman plus ambitieux, qualifié par son éditeur de « fresque folklorique » qui fait revivre des moments marquants de l'histoire politique québécoise de 1980 à nos jours.

L'auteur a profité de sa résidence d'écriture à Banff, à titre de lauréat du prix, pour écrire environ les deux tiers de son roman. À son retour, il a décidé de travailler à temps partiel pendant une session afin de pouvoir le terminer.

Alexandre McCabe se souvient précisément du jour où il est allé porter en mains propres son manuscrit à son futur éditeur. Un 8 août, date anniversaire du décès de Félix Leclerc.

Deux semaines plus tard, la réponse est arrivée, positive.

Le roman est une série de tableaux construits autour du personnage du grand-père du narrateur, dont la mort approche. Entre-temps, le narrateur, alter ego de l'auteur, plonge dans ses souvenirs et s'affranchit peu à peu de cette figure emblématique pour se construire.

À la fois roman politique et roman d'apprentissage, Chez la Reine mêle donc à la fiction une bonne part d'autobiographie. L'auteur a d'ailleurs dédié son livre à son grand-père, Jérémie, pour qu'on ne l'oublie pas, « parce que c'est assez de mourir une fois ».

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.