Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un Afghan devenu athée obtient l'asile au Royaume-Uni

Un Afghan devenu athée au Royaume-Uni y a obtenu l'asile politique au motif qu'il risquait d'être persécuté dans son pays d'origine pour avoir renoncé à l'islam, ont annoncé mardi ses avocats qui estiment qu'il s'agit d'une première.

Le jeune homme, élevé dans la religion musulmane, est arrivé en 2007 au Royaume-Uni à l'âge de 16 ans après avoir fui l'Afghanistan, et a progressivement perdu la foi, selon la faculté de droit associée à la défense de son cas.

Son droit à rester au Royaume-Uni expirait en 2013, mais ses défenseurs, une équipe d'étudiants en droit de l'université du Kent (sud-est de l'Angleterre) supervisés par des avocats, ont fait valoir que s'il rentrait en Afghanistan, son pays d'origine, il risquait d'être condamné à mort pour "apostasie".

La loi afghane prévoit expressément la peine de mort ou la perpétuité pour les apostats, même si l'Afghanistan, ces dernières années, n'a exécuté personne pour ce motif.

"Nous avons fait valoir qu'un athée a le droit d'être protégé contre les persécutions (...) de la même manière qu'un croyant", a expliqué l'étudiante Claire Splawn, qui s'est occupée de son dossier.

"Nous pensons que c'est la première fois que quelqu'un se voit accorder l'asile (au Royaume-Uni) en raison de son athéisme", a déclaré l'avocate Sheona York. "Cette décision est une reconnaissance importante du fait qu'une absence de croyance en soi est une posture philosophique réfléchie et sérieuse", a-t-elle dit.

Le ministère britannique de l'Intérieur s'est refusé comme à l'accoutumée à "faire tout commentaire sur un cas individuel", mais a souligné que le Royaume-Uni pouvait "s'enorgueillir de sa tradition d'accorder l'asile à ceux qui en ont besoin".

alm/dh/sym

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.