NOUVELLES
14/01/2014 02:33 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

"Triangle de la mort" des déchets: feu vert du gouvernement à l'envoi de l'armée

Le gouvernement italien a donné son feu vert de principe mardi à l'utilisation de l'armée pour s'opposer aux mafias qui ont enterré pendant des années des tonnes de déchets entre Naples et Caserte, une zone surnommée "le Triangle de la mort".

L'armée pourra être utilisée "en Campanie pour affronter de façon plus efficace le phénomène des mafias de l'environnement aux confins entre Naples et Caserte", a indiqué le secrétaire d'Etat à la Défense Gioacchino Alfano.

A propos d'un décret loi sur ce dossier à l'examen au parlement, M. Alfano s'est réjoui que "pour une fois, les forces politiques soient toutes d'accord pour offrir des solutions concrètes pour résoudre un problème spécifique".

Le secrétaire d'Etat qui est aussi responsable pour la Campanie du parti Nouveau Centre Droit du ministre de l'Intérieur Angelino Alfano (sans lien de parenté avec lui), a estimé que le projet en cours d'adoption, qui était déjà "un bon décret", a été "encore amélioré avec la participation de toutes les forces politiques".

La "Terre des feux" est le surnom italien de cette zone située à mi-chemin entre Naples et Caserte.

Elle tire son nom des innombrables incendies allumés au cours des décennies pour brûler les déchets, le plus souvent toxiques, enterrés illégalement ou jetés dans les champs par la Camorra, la mafia napolitaine, qui en a fait une affaire juteuse.

Ces déchets dégagent des fumées toxiques en brûlant mais ils empoisonnent également la terre et les nappes phréatiques, entraînant une hausse très élevée du nombre de cancers (+40% chez les femmes, +47% pour les hommes).

Bitume et amiante, mais aussi colles industrielles et solvants, pneus, conteneurs et frigos, sont enfouis ou simplement jetés depuis la fin des années 80 quand la Camorra a décidé de se lancer dans le "traitement" des déchets.

Des entreprises souvent basées au nord et dans le centre de l'Italie ont préféré lui verser des sommes dérisoires pour se débarrasser de leurs déchets plutôt que de passer par des firmes respectueuses des règles qui pratiquent des prix plus élevés.

Selon l'association de protection de l'environnement Legambiente, 10 millions de tonnes de déchets industriels ont été brûlées ou enfouies dans cette zone entre 1991 et 2013 grâce à des milliers de camions arrivant de nuit.

Le gouvernement a mis au point un groupe d'action pour prévenir les incendies et lancer un vaste plan de décontamination.

fka/via