NOUVELLES
14/01/2014 09:31 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Open d'Australie - Les meilleurs mondiaux abrègent sous une chaleur étouffante

Les meilleurs mondiaux se sont tous montrés particulièrement appliqués pour éviter de trop s'attarder sur les courts à l'Open d'Australie, soumis à une véritable canicule, mardi à Melbourne.

On a surtout parlé degrés à Melbourne Park, où le mercure a dépassé les 42° à l'ombre en fin d'après-midi. On a vu un ramasseur de balles faire un malaise, un joueur s'évanouir, les abandons se multiplier, tout cela devant des tribunes clairsemées.

Dans ces conditions extrêmes, les principales têtes de série ont veillé à rester bien concentrées, pour ne pas se laisser embarquer dans des rencontres interminables.

Federer, tête de série N.6, n'a ainsi pas traîné sur le court. Sous les yeux de l'ancien champion suédois Stefan Edberg, qui a commencé à le conseiller cette année, le Suisse a écarté en 1h46 (6-4, 6-4, 6-2) l'Australien James Duckworth, 133e mondial.

Quadruple vainqueur à Melbourne, Federer n'a eu à défendre qu'une balle de break. Il a à cette occasion amélioré le record de participations consécutives (57) à un Grand Chelem, qui appartenait au Sud-Africain Wayne Ferreira.

"Il n'y avait pas beaucoup de rythme. Il s'agissait simplement de faire le boulot et de ne pas perdre son service", a remarqué le Suisse. "C'était un match solide du début à la fin. J'aurais peut-être pu convertir quelques balles de break de plus, mais ça n'a plus d'importance."

Comme Federer, le Français Jo-Wilfried Tsonga (N.10) s'est empressé d'écarter (7-5, 6-3, 6-3) en 1h50 l'Italien Filippo Volandri, 70e mondial.

Nadal n'a pas eu trop à s'employer

Andy Murray, finaliste en 2010, 2011 et 2013, a été encore plus diligent (6-1, 6-1, 6-3 en 1h27) face au Japonais Go Soeda, 112e mondial. Le Britannique a levé une partie des doutes qui l'accompagnaient, pour son deuxième tournoi depuis son opération du dos en septembre.

L'Ecossais s'est interrogé sur l'opportunité de laisser des tennismen jouer dans une telle fournaise. "Je ne sais pas si c'est très sûr. Il faut faire très attention de nos jours", a-t-il déclaré. "Il y a déjà eu des problèmes dans d'autres sports avec des joueurs qui ont eu des attaques cardiaques."

Le malaise en plein match de Frank Dancevic a fait écho à cette remarque. Le Canadien s'est évanoui au deuxième set de la partie l'opposant au Français Benoît Paire et a mis longtemps avant de récupérer et de reprendre le jeu.

Comme Federer et Murray, le N.1 mondial Rafael Nadal n'a pas eu non plus trop à s'employer. Mais il le doit essentiellement à son adversaire le jeune Australien Bernard Tomic, qui a dû abandonner après avoir perdu le premier set (6-4) pour un problème à une cuisse.

Seul parmi les favoris, Juan Martin Del Potro (N.5) a dû puiser dans ses réserves. L'Américain Rhyne Williams, 130e mondial, l'a poussé à rester sur le court pendant 3h04 avant de céder en quatre sets 6-7 (1/7), 6-3, 6-4, 6-4.

Le tournoi messieurs a tout de même perdu deux têtes de série, après le forfait de l'Allemand Philipp Kohlschreiber (N.21) et l'abandon de l'Américain John Isner (N.13), ce qui a dégagé une voie béante dans leur partie de tableau.

Dans le tableau féminin, les têtes de série n'ont pas toujours été impériales. La Bélarusse Victoria Azarenka, N.2 mondiale et double tenante du titre, s'est montrée hésitante (7-6 (7/2), 6-2) contre la Suédoise Johanna Larsson, 91e mondiale.

La Polonaise Agnieszka Radwanska (N.5) a sottement concédé un set (6-0, 5-7, 6-2) à la Kazakhe Yulia Putintseva, 112e mondiale. Et la Russe Maria Sharapova s'est imposée sur un score un peu trompeur (6-3, 6-4) devant l'Américaine Bethanie Mattek-Sands, 41e mondiale.

cyb/jcp