NOUVELLES
14/01/2014 12:11 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Obama salue l'accord sur la loi de finances 2014 au Congrès

Le président des Etats-Unis Barack Obama a salué mardi l'accord de principe obtenu au Congrès sur une loi de finances pour 2014 et appelé les élus à l'entériner "aussi vite que possible".

"Je suis très satisfait de voir que la Chambre des représentants et le Sénat se sont mis d'accord sur un budget", a déclaré M. Obama aux journalistes au début d'une réunion avec ses ministres à la Maison Blanche.

Les négociateurs du Congrès ont rendu public lundi soir le projet de loi de finances sur lequel ils travaillaient d'arrache-pied depuis plusieurs semaines, et qui fixe les dépenses de chaque agence fédérale pour l'exercice 2014 se terminant le 30 septembre 2014. Cet accord éloigne le spectre d'une nouvelle paralysie des administrations fédérales comme celle qui s'était produite pendant les deux premières semaines d'octobre.

"J'encourage le Congrès à voter ces mesures aussi vite que possible pour que toutes ces agences soient fixées sur leurs budgets", a ajouté le président.

Le président, qui a répété son credo de voir 2014 être une "année d'action", à deux semaines de son discours sur l'état de l'Union, a aussi à nouveau demandé aux élus de renouveler les indemnités fédérales pour les chômeurs de longue durée, dont 1,3 million en sont privés depuis fin décembre.

Il a aussi mentionné la nécessité à ses yeux de voir la Chambre, dominée par ses adversaires républicains, voter une réforme de l'immigration, après l'adoption d'un tel texte par le Sénat à majorité démocrate en juin dernier.

Le président a en outre prévenu qu'il se réservait le droit d'agir unilatéralement. "J'ai un stylo et j'ai un téléphone, et je peux utiliser ce stylo pour signer des décrets et faire progresser des dossiers", a-t-il indiqué.

Alors que la baisse du taux de chômage s'est confirmée en décembre avec 6,7% de la population active, malgré des créations d'emploi décevantes, le dirigeant démocrate a souhaité que "tout le monde mette la main à la pâte, pour poursuivre sur la lancée de la reprise à laquelle nous assistons". "L'économie s'améliore mais elle pourrait le faire encore plus vite", a-t-il estimé.

tq/jca