NOUVELLES
14/01/2014 07:58 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Moins d'exactions en Centrafrique, toujours très instable (rapport ONU)

Les exactions diminuent en Centrafrique ces derniers jours mais la situation reste extrêmement instable et une quarantaine de tués ont été dénombrés à Bangui depuis vendredi, selon le bureau de la Haut Commissaire aux Droits de l'Homme de l'ONU.

Une mission d'enquête de quatre experts, envoyée sur place du 12 au 24 décembre, a constaté un "cycle de larges violations des droits et de représailles, avec des exécutions extra-judiciaires, des violences sexuelles, des mutilations, des enlèvements, des viols et des mauvais traitements visant des civils basés sur leur religion".

Leur rapport fournit des éléments sur les attaques lancées les 5 et 6 décembre par les milices anti-balaka contre les forces ex-Séléka de l'ancien président Michel Djotodia et les musulmans, qui ont riposté les jours suivants.

Ce rapport, dont des extraits ont été publiés mardi à Genève, sera présenté le 20 janvier à une session spéciale sur la Centrafrique du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, convoquée à la demande du groupe africain.

Cette session vise notamment à désigner un émissaire spécial de l'ONU pour les droits de l'Homme en Centrafique, qui devrait aider sur place à une stabilisation de la situation, indique-t-on de source diplomatique européenne.

Les enquêteurs de l'ONU ont reçu "de multiples témoignages sur une collusion entre des éléments tchadiens de la force africaine et des forces ex-Séléka", souligne également le bureau de la Haut Commissaire, Navi Pillay.

pjt/jwf/mba