NOUVELLES
14/01/2014 05:09 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Loi antigais au Nigéria: des militants font état d'arrestations et de torture

LAGOS, Nigéria - La police au Nigéria a fait du profilage contre les hommes gais, les a torturés afin qu'ils en identifient des dizaines d'autres qui sont désormais traqués, ont soutenu mardi des militants des droits humains, avertissant qu'une telle répression prendra de l'ampleur en vertu d'une nouvelle loi au pays.

Le crime allégué de ces hommes est de faire partie d'une organisation gaie. La sanction qui en découle peut aller jusqu'à 10 ans de prison selon la nouvelle loi sur l'interdiction du mariage entre personnes de même sexe, qui a été largement condamnée à l'international.

Les relevés de nombre d'arrestations variaient, mardi, dans l'État de Bauchi, et un responsable local de l'application de la loi a nié tout acte de torture. Tout de même, les actions policières agressives montrent que ce pays le plus populeux d'Afrique tente d'implanter des mesures antigais qui deviennent de plus en plus courantes à travers le continent.

Un agent prétendant être un homme gai a joint un groupe recevant des conseils sur la lutte au sida, a soutenu Dorothy Aken'Ova, directrice générale du Centre international de santé de la reproduction et des droits sexuels.

Mme Aken'Ova a affirmé que la police avait détenu quatre hommes gais durant les Fêtes, avant de les torturer jusqu'à obtenir les noms de soi-disant membres d'une organisation gaie. Elle n'a pas fourni de détails sur les gestes qualifiés de torture, mais un conseiller en santé contre le sida a soutenu que les quatre hommes avaient été agressés brutalement jusqu'à ce qu'ils livrent ces noms.

La police a arrêté à ce jour 38 hommes, et en recherchent 168 autres, selon Mme Aken'Ova, dont l'organisation offre des services juridiques aux hommes touchés.