NOUVELLES
14/01/2014 11:12 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Les proches d'un Québécois disparu au Mexique espèrent toujours le retrouver

MONTRÉAL - Les amis et la famille d'un Québécois qui a mystérieusement disparu il y a 10 mois alors qu'il revenait du Mexique en voiture espèrent toujours le retrouver vivant.

Mais les proches de Marc Ménard affirment avoir besoin d'aide supplémentaire sur le terrain s'ils veulent un jour savoir ce qui est arrivé à l'homme de 45 ans après qu'il se fut volatilisé près de la frontière américaine en mars 2013.

«On est dans l'incertitude, admet Jonathan Ménard, le frère de Marc, en entrevue téléphonique. Est-ce qu'il est vivant? Qu'est-ce qu'ils ont fait avec lui? Est-ce qu'il mange? Est-ce qu'il boit?»

M. Ménard, un chauffeur d'autobus de Laval, est décrit par son entourage comme un bon vivant qui aime voyager et voulait continuer à le faire tant qu'il était en santé. Il était en amour avec le Mexique; il s'est marié là-bas et y a séjourné souvent au cours des dernières années.

Lors de son plus récent voyage, il avait décidé de demeurer plus longtemps et avait organisé son agenda pour être en sol mexicain lors des célébrations entourant la fin du calendrier maya. Certains des tatouages sur son corps sont inspirés de cette culture ancienne.

Marc Ménard a quitté le Canada en décembre 2012. Au moment de sa disparition, il était sur le chemin du retour après avoir voyagé en voiture au Mexique et au Guatemala pendant trois mois. Son plan était de franchir la frontière américaine à Nuevo Laredo, une ville dangereuse connue pour être le théâtre d'affrontements entre cartels de la drogue.

L'État de Tamaulipas, où Nuevo Laredo est située, fait l'objet d'un avertissement de la part d'Ottawa, qui recommande aux Canadiens d'éviter tout voyage non essentiel dans cette région. C'est aussi là que se trouve le quartier général de Los Zetas, le cartel de la drogue le plus craint du Mexique.

Le dernier contact du quadragénaire avec le Québec remonte au 14 mars 2013. Il se trouvait alors dans la ville de Matehuala, à environ 500 kilomètres au sud de la frontière américaine. Lors d'une conversation sur Skype avec l'un des membres de sa famille, M. Ménard indiquait qu'il chercherait un vétérinaire pour son basset, Maya, avant d'entrer aux États-Unis.

Selon les registres officiels, le Québécois n'a jamais franchi la frontière. La chienne Maya a été découverte près de Nuevo Laredo et renvoyée au Québec. Le véhicule de Marc Ménard, une camionnette Pontiac blanche, a été retrouvé, mais tous ses effets personnels, incluant son ordinateur portable, ont disparu. Francophone, l'homme ne possédait pas de téléphone mobile et n'avait que des notions de base en anglais et en espagnol.

Ses proches racontent que seules les personnes ayant tenté de vendre le véhicule du disparu ont été accusées, mais que la piste s'arrête là. «On sait qu'il a été kidnappé, mais pour ce qui est du reste, on ne sait rien», confie Jonathan Ménard.

Les amis et la famille souhaitent obtenir l'aide des politiciens canadiens. Ils ont lancé une pétition dans l'espoir que le député de Marc Ménard la présente devant la Chambre des communes.

Le ministère des Affaires étrangères assure avoir la situation à l'oeil.

«Les autorités canadiennes sont en contact avec la famille d'un citoyen canadien qui a été porté disparu au Mexique et sont prêtes à fournir davantage d'aide consulaire, écrit le porte-parole Mathieu Roy dans un courriel. Les autorités canadiennes continuent aussi d'assurer la liaison avec les autorités locales.»

Mais Jonathan Ménard dit se sentir impuissant et frustré face au manque de renseignements. Sa mère lui a fait promettre de ne pas mettre sa vie en danger en se rendant au Mexique, mais le plus jeune des frères Ménard confie qu'il serait prêt à partir sur-le-champ.

«Moi, je serais dans l'avion demain matin pour aller le chercher, mon frère, mais je ne sais pas où il est», conclut-il.