NOUVELLES
14/01/2014 02:42 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Les Canadiens plus nombreux à payer pour la TV traditionnelle et sur demande

MONTRÉAL - Pour Jeff Taylor, le prix mensuel de son abonnement à Netflix correspond à peu près à ce qu'il dépense chez Tim Hortons à tous les deux jours.

En plus du populaire service de vidéo à la demande, M. Taylor est déjà abonné à un service de câblodistribution. Il fait donc partie du nombre croissant de Canadiens qui paient à la fois pour un service traditionnel et au moins un service de télévision en ligne, indique Deloitte Canada dans ses prévisions technologiques pour 2014.

Jeff Taylor n'a pas annulé son abonnement au service de câblodistribution parce qu'il aime certaines chaînes spécialisées, comme Food Networks et les chaînes sportives. Mais il apprécie aussi Netflix parce qu'il le trouve pratique pour ses enfants, et parce qu'il peut se taper en rafale les 10 saisons d'une série en une semaine.

«Je n'ai jamais aimé rester sur ma faim le dimanche soir», ajoute l'homme de 36 ans, qui dirige une boîte de design Web à Montréal.

De plus, à 7,99 $ par mois, l'abonnement à Netflix n'est pas exorbitant. «C'est ce que je dépense pour du café et des bagels en deux jours chez Timmy's», illustre M. Taylor.

Selon l'étude de Deloitte publiée mardi, plus de 2,5 millions de ménages canadiens seront abonnés à plusieurs services de télévision, payant à la fois un distributeur traditionnel et au moins un fournisseur en ligne. Cela représente une hausse de plus de 150 pour cent par rapport à 2012.

«Presque personne au Canada ne décide de cesser de payer pour la télévision», affirme Duncan Stewart, directeur de la recherche chez Deloitte à Toronto.

D'ici la fin de 2014, le nombre de ménages qui seront abonnés à un deuxième forfait de contenu télévisé sera plus de 100 fois plus élevé que le nombre de ménages qui ont mis fin à leur abonnement télé en 2013, soutient-il.

Environ 11,8 millions de ménages canadiens se sont en effet abonnés à un service de distribution traditionnel l'an dernier, alors que seulement 10 000 ont annulé leur abonnement.

Téléphones intelligents

D'après M. Stewart, la seconde tendance technologique de 2014 sera l'augmentation du nombre de personnes âgées utilisant des téléphones intelligents. Il prédit une réduction du fossé qui sépare les générations en ce qui a trait à ce genre d'appareil.

C'est d'ailleurs au sein du groupe démographique des aînés que les ventes de téléphones intelligents augmentent le plus rapidement, tant au Canada qu'à l'étranger. «Tout le reste de la population en possède déjà un. Le seul marché qui reste est donc celui des 55 ans et plus», explique Duncan Stewart.

En troisième position sur la liste des tendances de M. Stewart, on retrouve les consultations médicales virtuelles, qui visent à diminuer le temps d'attente dans les urgences des hôpitaux. D'après lui, quelque 75 millions de consultations de ce type auront lieu en Amérique du Nord en 2014, permettant des économies de plus de 3 milliards $ comparativement aux visites en personne.

Parmi les tendances figure aussi la «phablette», un mélange de téléphone intelligent et de tablette électronique, qui devrait gagner en popularité au cours de la prochaine année. Selon Deloitte, les phablettes compteront pour un quart des ventes mondiales de téléphones intelligents en 2014, pour une valeur de 125 millions $.