NOUVELLES
14/01/2014 03:41 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

La destitution du maire de Bogota suspendue temporairement

La destitution controversée du maire de Bogota, Gustavo Petro, figure de la gauche en Colombie, a été suspendue temporairement mardi par un tribunal administratif, a annoncé mardi l'un de ses magistrats.

Le tribunal administratif de Cundinamarca, dont dépend la capitale colombienne, a "pris la décision d'ordonner la suspension provisoire" de cette sanction, infligée par l'organisme public de contrôle des fonctionnaires, a déclaré à la presse le magistrat, Jose Maria Armenta.

Cet organisme, appelé "procuradoria", avait confirmé lundi la destitution de M. Petro et son inéligibilité pendant 15 ans pour une passation de marché jugée illégale dans le domaine du ramassage des ordures.

Alors que la sanction doit en dernier lieu être exécutée par le président Juan Manuel Santos, le tribunal administratif, qui avait été saisi par le maire, a ainsi demandé au chef de l'Etat "de s'abstenir de le faire", avant qu'il n'ait jugé l'affaire sur le fond.

"C'est une mesure à caractère temporaire, transitoire, disons de précaution, afin d'éviter des dommages imminents", a encore précisé M. Armenta.

La destitution de l'élu provoque une vive polémique dans le pays et plusieurs manifestations, le maire dénonçant un complot contre la gauche et contre le processus de paix en cours avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui a été promu par l'actuel président.

Le maire de Bogota s'est aussitôt félicité de cette décision, y voyant "la preuve qu'on peut arrêter la tyrannie et l'arbitraire, quand la justice et la foule agissent de concert et qu'on peut vraiment construire une Colombie démocratique".

Ancien membre de la guérilla urbaine du M-19 (Mouvement du 19 avril), dissoute en 1990, cet économiste de 53 ans avait été investi en janvier 2012 pour un mandat de quatre ans à la tête de cette ville de sept millions d'habitants.

lda/pz/via