NOUVELLES
14/01/2014 11:24 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Entretien Kerry/Parolin: Syrie, Palestine, voyage en Terre sainte au menu

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a salué mardi le soutien du Saint-Siège au processus "Genève II" pour la Syrie et fait part des "énormes préoccupations" du Vatican pour la Terre sainte, à quatre mois du voyage de François.

M. Kerry, venu pour la première fois au Vatican depuis qu'il est secrétaire d'Etat, a rencontré le numéro 2 du Saint-Siège, Mgr Pietro Parolin, accompagné de son "ministre" des Affaires étrangères, Mgr Dominique Mamberti. L'entretien "a été très ample et s'est déroulé dans une ambiance positive", a indiqué le Vatican.

Dans une déclaration peu avant son départ pour Koweit, M. Kerry a déclaré que son administration "appréciait le soutien" à la conférence "Genève II" sur la Syrie, dont le pape François avait fait état lundi dans ses voeux au corps diplomatique.

"Nous accueillons ce soutien qui est un soutien très important. Et je sais que le pape est particulièrement inquiet du nombre massif d'êtres humains déplacés et de la violence qui a supprimé plus de 130.000 vies" en Syrie, a-t-il dit.

Sur ce pays, l'Académie pontificale des sciences avait organisé lundi une réunion d'experts catholiques et non catholiques. Ceux-ci ont demandé un cessez-le-feu immédiat sans conditions préalables à tous les belligérants et souhaité que toutes les parties concernées au Moyen-Orient (y compris l'Iran) soient invitées à faire réussir le processus de Genève II.

Ces suggestions, qui visent à accompagner le processus de paix, ont été communiquées au pape.

Selon M. Kerry, Mgr Parolin lui a aussi demandé "un briefing solide" sur le processus de paix israélo-palestinien. "Nous nous sommes mis d'accord que nous resterions en contact", a-t-il assuré.

Mgr Parolin, au cours de sa carrière de diplomate s'est longuement penché sur la question israélo-palestinienne et il est considéré comme un des grands spécialistes au Vatican sur ce sujet.

"A l'évidence, il y a des questions qui suscitent d'énormes préoccupations au Saint-Siège, pas seulement sur la paix, mais aussi sur la liberté d'accès aux lieux de culte à Jérusalem pour toutes les religions", a ajouté M. Kerry.

Le pape doit se rendre du 24 au 26 mai à Amman, Bethléem et Jérusalem.

Troisième grand dossier abordé dans ce premier entretien de M. Kerry, lui-même catholique, au Vatican: l'Afrique, notamment "le Soudan du Sud avec le souhait que les médiations en cours puissent aboutir", a dit le porte-parole du Saint-Siège, Federico Lombardi.

"Nos efforts au cours des derniers jours pourraient être augmentés par ceux du Saint-Siège afin de mettre fin à la violence et conduire à une solution pacifique", a estimé M. Kerry, soulignant que la population du Soudan du Sud est largement catholique.

Selon le père Lombardi, les questions intérieures aux Etats-Unis ont aussi été discutées, notamment la réforme de la Santé critiquée par l'Eglise catholique américaine, et ses implications en ce qui concerne "les garanties pour la liberté religieuse".

M. Kerry a aussi évoqué, parmi les autres thèmes de l'entretien, "le besoin de liberté de religion et de respect des droits de l'homme" à Cuba.

Le secrétaire d'Etat, dont la visite au Vatican a été programmée au dernier moment, n'a pas rencontré le pape François.

jlv-nr/ljm/via