NOUVELLES
14/01/2014 07:13 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Chypre: renforts policiers dans une prison après une mutinerie et des suicides

Une unité d'élite de la police a été dépêchée à la Prison centrale de Nicosie à la suite d'une mutinerie de détenus déclenchée par le viol en réunion d'un prisonnier et une série de suicides, ont indiqué les autorités mardi.

Dernier incident en date dans ce centre pénitentiaire surpeuplé: un Bulgare de 28 ans a été retrouvé pendu dans sa cellule mardi à 02H30 (00H30 GMT), selon un responsable.

Dimanche, cette prison avait été le théâtre d'une émeute impliquant une centaine de détenus, après le suicide d'un Iranien dans sa cellule et le viol en réunion d'un jeune détenu roumain.

Le gouvernement a annoncé une série de mesures, suspendant notamment sept surveillants de prison et un responsable, et envoyant une unité d'action rapide de la police dans l'établissement.

Dans une démarche inhabituelle, le président chypriote Nicos Anastasiades a rendu visite au jeune Roumain à l'hôpital et promis de rétablir l'ordre dans le système carcéral chypriote.

Parmi les mesures annoncées, la police sera chargée de garder et de patrouiller dans le centre pénitentiaire, de superviser les caméras de surveillance et de fouiller le personnel pénitentiaire entrant et sortant du bâtiment.

Des mesures ont également été prises pour s'assurer que de simples délinquants, détenus pour une période courte, ne soient pas incarcérés avec des criminels.

Selon des chiffres officiels, le suicide du Bulgare mardi porte à cinq le nombre de détenus s'étant donné la mort ces derniers mois, tandis que les tentatives de suicide dans la prison sont passées de 20 en 2011 à 50 l'an passé.

Le ministre de la Justice Ionas Nicolaou a déclaré devant le Parlement lundi que les personnes en charge de la prison -- construite par les Britanniques en 1894 -- avaient tenté d'occulter les incidents.

"Le système était pourri mais personne ne voulait voir le problème. Rien n'a été fait jusqu'à maintenant et cela a conduit à une détérioration de la situation", a affirmé M. Nicolaou.

cc/bpz/cco/feb