NOUVELLES
13/01/2014 06:11 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

"Plus d'une vingtaine" de jihadistes belges tués en Syrie (ministre)

"Plus d'une vingtaine" de ressortissants belges partis combattre en Syrie y ont trouvé la mort, sur les quelque 200 qui ont pris les armes contre le régime de Bachar al-Assad, a indiqué lundi le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

"Plus de 200 personnes ont été clairement identifiées ou sont en cours d'identification (...) La plupart sont dans les groupes les plus extrémistes, y compris dans l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)", a déclaré M. Reynders au quotidien La Libre Belgique.

"Plus d'une vingtaine sont déjà mortes en Syrie", a ajouté le chef de la diplomatie belge, en soulignant que sa "préoccupation" était de "savoir comment suivre à la trace ces jihadistes pour mesurer leur dangerosité une fois qu'ils reviendront chez nous ou ailleurs".

Alors que le phénomène touche de nombreux pays européens, dont la France, les autorités belges ont été parmi les premières à publiquement s'inquiéter, début 2013, du départ vers la Syrie d'un nombre croissant de ses ressortissants, dont certains mineurs.

"Ils vont devenir non seulement des radicaux sur le plan de leur engagement mais aussi (acquérir) des techniques et un vécu qui leur permettent de faire à peu près n'importe quoi", a souligné le ministre.

Alors que la mort de volontaires belges est régulièrement évoquée dans les médias, et que d'autres ont été interpellés à leur retour en Belgique, les départs n'ont pas cessé. La presse belge a fait état la semaine dernière du cas de deux jeunes femmes partie en Syrie et qui auraient été enlevées par une faction rivale.

"Ces deux jeunes ont 17 et 19 ans. Elles étaient amoureuses de combattants. Mais nous ne savons pas où elles sont pour le moment. Elles se trouvaient avec un groupe très extrémiste et il est possible qu'elles aient été enlevées par un autre groupe, sans confirmation", a précisé Didier Reynders.

siu/jri/abk