NOUVELLES
13/01/2014 10:05 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Nucléaire iranien : reprise des négociations en février

Les grandes puissances et l'Iran reprendront « très probablement » en février leurs négociations sur le programme nucléaire de la République islamique, peu après l'entrée en vigueur de l'accord intérimaire qui restreindra pour six mois les activités nucléaires iraniennes, a-t-on appris lundi de source diplomatique.

Après le premier pas qu'a constitué l'accord intérimaire conclu en novembre à Genève, il s'agira en février de se mettre d'accord sur un plan destiné à refermer une fois pour toutes ce dossier qui empoisonne depuis dix ans les relations entre l'Iran et l'Occident.

Lors de cette prochaine réunion entre les Iraniens et le groupe P5+1 (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie) seront présents le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et Catherine Ashton, haute représentante de l'Union européenne (UE) pour les affaires étrangères.

« Cela ne sera pas en janvier à cause du Nouvel An chinois, mais très probablement en février », a déclaré un diplomate. En prélude à cette nouvelle phase de négociations, Mohammad Javad Zarif rencontrera le président russe Vladimir Poutine cette semaine à Moscou, a-t-on appris de source officielle russe.

« Zarif discutera de questions bilatérales et régionales avec de hauts responsables russes. Des questions relatives au programme nucléaire iranien seront également abordées », a déclaré l'ambassadeur d'Iran à Moscou, Mehdi Sanai, cité par l'agence de presse Irna.

L'accord transitoire du 24 novembre sera appliqué à partir de lundi prochain 20 janvier, ont annoncé dimanche l'Union européenne et le gouvernement iranien.

La suspension des sanctions européennes entrera en vigueur immédiatement, ont précisé lundi à Bruxelles des responsables de l'UE.

Selon les termes de l'accord intérimaire, l'UE lèvera pour une durée de six mois une interdiction sur l'assurance et le transport de pétrole iranien, ainsi qu'une interdiction de
toutes transactions avec l'Iran portant sur la pétrochimie, l'or et les métaux précieux.