NOUVELLES
13/01/2014 03:53 EST | Actualisé 14/03/2014 05:12 EDT

Lucian s'est refait une tête

Qu'a fait Lucian Bute pendant qu'il ne livrait qu'un seul combat en l'espace de 20 mois? L'ancien champion IBF des super-moyens s'est refait une santé, mais surtout un moral d'acier.

Un texte de Jean-François Chabot Twitter Courriel

C'est avec un sourire et surtout une attitude de détente que l'on n'avait pas observée chez lui depuis longtemps que Bute s'est soumis à la séance d'entraînement publique tenue sur l'heure du dîner, lundi, au Complexe Desjardins.

Bute aura 34 ans le 28 février. Après avoir sué à grosses gouttes dans le ring, au sac de sable et au ballon rythmique, le « chouchou » des Montréalais s'est adressé à la foule pour les remercier de leur soutien.

Il est déjà acquis qu'ils seront plus de 18 000, samedi soir au Centre Bell, pour assister au duel attendu de longue date face à Jean Pascal. Bute ne s'attend pas à ce qu'ils se rangent tous derrière lui.

« Jean Pascal est d'ici lui aussi. C'est normal qu'il soit appuyé lui aussi. Ce sera peut-être 50-50 ou 60-40. L'important sera de voir de quel côté la foule se rangera à la fin », a d'abord lancé Bute en se disant confiant de l'emporter.

Au sujet de sa toute relative inactivité, Bute ne craint pas d'être rouillé. Au contraire, il affirme que cette pause lui a fait beaucoup de bien.

« J'ai eu le temps de bien me reposer. Je boxe depuis longtemps, presque 17 ans en fait. Depuis que je suis au Québec et dans les rangs professionnels, je n'ai pas arrêté. Ce repos m'a donc fait du bien. Me voilà de retour, heureux et confiant. Je suis bien préparé pour ce combat. Rien ne peut m'arrêter. »

Larouche optimiste

Même s'il est conscient que son boxeur vieillit, l'entraîneur Stephan Larouche le voit de nouveau au sommet de la pyramide.

« En vieillissant, les boxeurs compensent avec l'expérience. Ils sont plus patients, plus opportunistes. Ils peuvent te faire mal au bon moment. Mais je n'ai pas surprotégé Lucian. On a fait venir de solides partenaires d'entraînement qui ont offert du très bon ''sparring''. J'aurais pu lui amener des gars faciles, mais Lucian est trop intelligent pour croire ça. »

Pour vaincre Jean Pascal, Larouche estime que Bute devra faire preuve de courage. « Il lui faut mordre dans son ''mouthpiece'', avoir de la confiance et laisser parler ses mains. Ça ne sera pas facile, mais s'il laisse parler ses mains, ça va bien aller et ça va bien finir. »

Au sujet du caractère de la foule, Larouche n'y va pas par quatre chemins.

« Tu sais, au Québec la foule est particulière. Quand tu es dans le ring, dans ta bulle, ce n'est pas quelque chose que tu entends beaucoup. Ce qui dérange un peu plus c'est quand tu te fais toucher et que la foule est contente. En Angleterre contre Froch, on sentait que les 10 000 spectateurs étaient contents quand Lucian se faisait toucher. »

Larouche a indiqué que Bute était aussi prêt mentalement à passer un long moment dans le ring, dans le noir, à attendre que Pascal fasse son entrée.

« On est prêt à attendre longtemps, le temps qu'il faudra. Heureusement, HBO sera là pour rappeler tout le monde à l'ordre. »

Larouche croit à l'instar des observateurs qu'un combat court favorisera Pascal et que plus il durera, plus le duel tournera à l'avantage de Bute.

« Quand tu regardes l'historique des deux gars, Jean est extrêmement avantagé en début de combat. Il est fort et possède beaucoup d'énergie. Mais il a tendance à faiblir sur la deuxième moitié du combat et même sur ses fins de rounds. »

L'entraîneur a finalement laissé entendre qu'il avait préparé quelque chose de spécial pour stopper Jean Pascal, un coup comme ceux qui ont permis à Bute de l'emporter contre Librado Andrade, Edison Miranda ou Glen Johnson.

« Si vous regardez les sept derniers combats de Jean Pascal, vous verrez quelque chose que Lucian fait bien, mais qui est la plus difficile pour Jean Pascal. » Larouche n'en dira pas plus sur cette arme secrète...

La boule de cristal

Une chose est sûre, le résultat du combat fera foi de tout pour la suite de la carrière de Lucian Bute et de Jean Pascal.

Même si un combat revanche est déjà prévu au contrat signé par les deux boxeurs, une défaite, surtout si elle est sévère, fera prendre un recul quasi insurmontable au perdant sur la scène internationale.

Bute ne veut évidemment pas parler de défaite. Son promoteur Jean Bédard travaille déjà à ébaucher des scénarios pour la suite de la carrière de son protégé.

« Des pourparlers sont déjà en cours pour un affrontement face à Julio Cesar Chavez qui doit se battre en février. Ce scénario a été envisagé tant par HBO que par Top Rank. D'autre part, Karl Froch a laissé entendre la semaine dernière qu'il pourrait être intéressé à se battre contre le gagnant de Pascal/Bute. Cette option serait évidemment très intéressante pour Lucian. Une victoire samedi nous ouvrira des portes très intéressantes. »

Dans le cas d'une défaite, le perdant devra se rabattre sur des scénarios sensiblement différents. Mais Bédard ne lance pas la serviette en rappelant que la catégorie des mi-lourds (175 lb) est de loin la plus compétitive à l'heure actuelle.

En attendant, pour reprendre les propos de Stephan Larouche, la présence du réseau HBO donne clairement une stature internationale à un combat largement à saveur locale.

Pas sûr que l'on reverra de sitôt les Américains s'intéresser à un affrontement entre deux boxeurs québécois.