NOUVELLES
13/01/2014 05:26 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Les funérailles d'État d'Ariel Sharon ont eu lieu lundi devant la Knesset

JÉRUSALEM - Des centaines de personnalités israéliennes et de dignitaires étrangers ont assisté lundi aux funérailles d'État de l'ex-premier ministre Ariel Sharon qui se sont déroulées dehors, face au parlement, à Jérusalem.

Les participants se sont souvenus de M. Sharon comme d'un guerrier sans peur et d'un leader audacieux qui a consacré sa vie à la sécurité de son pays.

Le vice-président des États-Unis, Joe Biden, de même que l'ex-premier ministre du Royaume-Uni, Tony Blair, y ont assisté. L'Égypte a aussi envoyé une délégation. Le Canada était représenté aux obsèques par le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander.

La dépouille de M. Sharon a être enterrée sur sa ferme, dans le sud du pays, en fin de journée lundi.

Le président d'Israël, Shimon Peres, un ami de longue date mais aussi un rival politique occasionnel d'Ariel Sharon, lui a rendu hommage lorsqu'il a pris la parole.

«Arik était un homme simple, a-t-il dit. Il a défendu cette terre comme un lion et il a enseigné à ses enfants à utiliser une faucheuse. Il était une légende militaire qui attendait le jour où Israël pourrait vivre en paix, où nos enfants pourraient revenir à nos frontières et où la paix arriverait en Terre promise.»

Pour sa part, le premier ministre Benjamin Nétanyahou a reconnu qu'Ariel Sharon et lui n'avaient pas toujours été du même avis, mais il l'a qualifié de grand guerrier en faveur d'Israël.

«C'était un homme pragmatique. Son pragmatisme était enraciné dans une émotion profonde, une émotion pour l'État, pour le peuple juif», a dit M. Nétanyahou.

Ariel Saron est mort samedi à l'âge de 85 ans, après avoir été plongé dans le coma pendant huit ans. Il avait dirigé le gouvernement israélien de 2001 à 2006.

Pour sa part, le vice-président américain Joe Biden a déclaré que le décès de M. Sharon le frappait comme celui d'un proche. Quand les deux hommes discutaient de la sécurité d'Israël, M. Biden a dit avoir compris pourquoi M. Sharon était surnommé «le bouldozeur», en le voyant sortir des cartes et répéter les mêmes arguments encore et encore pour se faire comprendre.

«Il était indomptable, a dit M. Biden. Mais comme tous les leaders historiques, comme les vrais leaders, il avait une étoile du Nord pour le guider. Une étoile du Nord, d'après ce que j'ai pu voir, qu'il n'a jamais quittée des yeux. Son étoile du Nord était la survie de l'État d'Israël et du peuple juif, partout où il se trouvait.»

Le cercueil de M. Sharon était exposé en chapelle ardente à l'extérieur de la Knesset pour permettre aux Israéliens de lui rendre un dernier hommage. La cérémonie de lundi s'est déroulée sous un soleil doux en présence de ses deux fils, Omri et Gilad.

Le cercueil enveloppé du drapeau israélien a ensuite été placé à bord d'un véhicule militaire et escorté par la police vers le ranch familial. Le convoi devait s'arrêter brièvement à Latrun, où M. Sharon a été blessé en 1948 lors de la guerre d'indépendance d'Israël.

Des foules s'étaient massées le long du trajet pour prendre des photos ou saluer une dernière fois l'ancien premier ministre.