NOUVELLES
13/01/2014 04:49 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

La charte de la laïcité «dépasse la mesure», selon le cardinal Lacroix

QUÉBEC - Tout juste nommé cardinal, l'archevêque de Québec, Gérald Cyprien Lacroix, a écorché à son tour lundi le projet de charte de la laïcité.

À son avis, le gouvernement du Parti québécois «dépasse la mesure» en voulant interdire à tous les employés de l'État d'afficher leur foi au travail.

Mgr Lacroix voit plutôt d'un bon oeil la volonté du gouvernement d'assurer la neutralité religieuse des agents coercitifs. En revanche, il estime que la charte va trop loin en voulant proscrire les signes religieux dans l'ensemble de l'administration publique.

«Je comprends que le gouvernement peut souhaiter que certains employés de l'État ne portent pas de signes religieux ostentatoires. Un juge, un policier et quelques autres mais pour la plus grande partie de la population, je pense que l'on doit être en mesure d'exprimer sa foi sans l'imposer à qui que ce soit», a-t-il déclaré en conférence de presse au lendemain de sa nomination à titre de cardinal par le pape François.

Pour le nouveau conseiller papal, le débat sur la charte de la laïcité est «très important» car il met en jeu, dans une société de droit, la liberté de pouvoir afficher ses croyances.

«C'est un débat très important dans notre société actuellement. La liberté de pouvoir exprimer notre foi en privé comme en public est un droit que nous donne la Charte des droits et libertés. On doit être capable dans une société démocratique comme la nôtre d'exprimer nos valeurs et de s'identifier comme croyant ou non croyant», a-t-il dit.

L'homme d'Église a dit aussi s'inquiéter de l'allure du débat sur la charte. Le projet du ministre Bernard Drainville divise la société et suscite la méfiance entre les communautés, a-t-il déploré.

«Je trouve qu'au lieu de rassembler le peuple québécois, (le projet) a semé beaucoup de division. C'est un débat qui, au lieu de nous rassembler, nous fait nous regarder les uns et les autres avec suspicion», a expliqué le nouveau cardinal.

Du reste, Mgr Lacroix n'est pas convaincu de la nécessité d'adopter une charte pour baliser les demandes d'accommodements religieux.

«Je ne suis pas sûr qu'on avait besoin d'une charte pour regarder les questions qui sont là. Bien sûr, il y a des accommodements nécessaires, je pense qu'on est d'accord, mais je trouve que ça dépasse la mesure», a-t-il dit.

Le cardinal Lacroix ne participera pas personnellement à la consultation publique sur la charte qui commencera mardi. Il a cependant indiqué qu'un mémoire sera présenté par l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.

Âgé de 56 ans, Mgr Lacroix est devenu dimanche le troisième plus jeune cardinal de la planète. La nouvelle lui a été signifiée dimanche matin «sans aucun avertissement ni préavis».

«Ça réveille brusquement, je peux vous le dire. Je suis très reconnaissant de la confiance que me manifeste le Saint-Père. C'est une invitation à servir encore davantage l'Église et l'humanité en tant qu'archevêque de Québec», a-t-il lancé.

Même s'il fait désormais partie de la garde rapprochée du souverain pontife _ et sera éventuellement électeur du prochain pape _ Mgr Lacroix continuera d'assumer sa mission dans la Vieille Capitale.