NOUVELLES
13/01/2014 10:43 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Asie: le pétrole continue de pâtir des avancées diplomatiques avec l'Iran

Le pétrole continuait mardi en Asie de pâtir de la perspective d'une hausse de l'offre mondiale de brut après de nouvelles avancées dans le processus de dialogue sur le programme nucléaire iranien.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février prenait un cent, à 91,81 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord à même échéance perdait 7 cents, à 106,68 dollars.

L'Iran et les États-Unis ont annoncé dimanche qu'un accord intérimaire sur le nucléaire iranien, conclu le 24 novembre entre l'Iran et les six pays constituant le groupe des 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne), entrerait en vigueur à compter du 20 janvier.

Cet accord prévoit le gel pendant six mois des activités nucléaires sensibles de Téhéran en échange d'une levée partielle des sanctions à l'encontre de ce pays.

Les "investisseurs savent que les prix vont être soumis à pression si le pétrole iranien fait son retour sur le marché mais ils savent aussi que cela prendra un peu de temps", observe David Lennox de Fat Prophets.

L'accord intérimaire ne lève pas les sanctions liées aux exportations pétrolières du pays et les limite à environ 1 million de baril par jour (mbj) mais un accord global pourrait, lui, déboucher sur la levée complète des sanctions.

Selon l'Agence internationale de l'Énergie (AIE), l'Iran a produit 2,71 mbj en novembre tandis que ses exportations se sont montées à 850.000 barils par jour. Avant la mise en place des sanctions, l'Iran exportait environ 2,5 mbj.

Au cours de la dernière réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) début décembre, l'Iran a affirmé pouvoir revenir très rapidement à ses pleines capacités de production (4 mbj) après la levée des sanctions.

Le marché attendait par ailleurs la publication mercredi des stocks de brut aux Etats-Unis avant la saison de maintenance dans les raffineries américaines.

Lundi, le baril de "light sweet crude" avait abandonné 92 cents, à 91,80 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le Brent avait baissé à 106,75 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en recul de 50 cents par rapport à la clôture de vendredi.

bjp/mba/st/gab/glr