NOUVELLES
12/01/2014 02:13 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

Trois navires chinois dans des eaux territoriales disputées entre Pékin et Tokyo (Japon)

Trois bateaux de garde-côtes chinois ont pénétré dimanche dans les eaux qui entourent les îles que se disputent âprement la Chine et le Japon, la première intrusion de cette nature depuis le début de l'année, ont annoncé les garde-côtes japonais.

Les trois bâtiments sont entrés vers 08H30 (samedi 23H30 GMT) dans ces eaux qui entourent les îles Senkaku, contrôlées par le Japon mais revendiquées par Pékin sous l'appellation Diaoyu, ont précisé les garde-côtes.

Ils sont repartis moins de deux heures plus tard. La dernière instrusion datait du 29 décembre.

Tokyo a promptement réagi.

Le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, a déclaré que le Japon ne pourrait "jamais fermer les yeux sur les intrusions répétées" de bateaux chinois dans ses eaux.

"D'un côté nous devons faire des efforts diplomatiques. Mais nous voulons aussi fermement défendre les eaux territoriales maritimes et terrestres de notre pays grâce à la coopération des forces d'auto-défense (l'armée) et les garde-côtes", a-t-il dit.

Depuis plus d'un an les relations sino-japonaises sont au plus bas en raison de ce conflit territorial en mer de Chine orientale. En septembre 2012, le Japon a nationalisé trois des cinq îles principales de l'archipel de la discorde, déclenchant une semaine de manifestations anti-japonaises, parfois violentes, dans plusieurs villes de Chine.

Depuis, Pékin envoie régulièrement des patrouilles de garde-côtes dans les eaux territoriales de ces îles situées à 200 km au nord-est de Taïwan et 400 km à l'ouest d'Okinawa (sud du Japon), faisant redouter un incident avec les navires japonais qui y croisent aussi.

sps/pdh/gab/jh