NOUVELLES
12/01/2014 09:48 EST | Actualisé 14/03/2014 05:12 EDT

Londres rejette la demande d'enquête faite auprès de la CPI pour crimes de guerre

Le ministère britannique de la Défense a qualifié d'"inutile" dimanche la demande d'enquête faite auprès de la Cour pénale internationale (CPI) sur de possibles crimes de guerre commis par des soldats britanniques en Irak entre 2003 et 2008.

Un cabinet britannique d'avocats et une organisation de défense des droits de l'Homme basée à Berlin ont annoncé vendredi avoir déposé une plainte commune auprès de la CPI. Ils ont demandé "l'ouverture d'une enquête contre des militaires britanniques de haut rang ainsi que contre les responsables civils, tout particulièrement l'ancien ministre de la Défense Geoffrey Hoon et le secrétaire d'Etat Adam Ingram, pour tortures systématiques et maltraitances sur des prisonniers en Irak entre 2003 et 2008".

Londres a rejeté dimanche ces allégations et jugé "inutile" la procédure lancée auprès de la CPI. "Ces questions sont soit en cours d'investigation ou ont déjà été traitées par différentes voies, y compris (...) via des enquêtes publiques indépendantes, des tribunaux britanniques et européen et le Parlement", a réagi le ministère de la Défense dans un communiqué.

"Des actions supplémentaires via la CPI sont inutiles quand ces questions et allégations sont déjà connues du gouvernement britannique, que des actions sont menées et que des tribunaux britanniques ont déjà rendu leur verdict", a-t-il estimé.

Le ministère a aussi rejeté "la suggestion selon laquelle les forces armées britanniques - qui agissent conformément aux lois nationales et internationales - aient systématiquement torturé les détenus. Mais bien entendu, le gouvernement britannique regrette le petit nombre de cas où des abus ont été perpétrés. Dans tous les cas où des allégations se sont révélées justifiées, nous avons indemnisé les victimes et leur famille", a assuré le ministère.

Plus de 400 prisonniers irakiens ont contacté ces dernières années le cabinet d'avocats Public Interest Lawyers (PIL) - qui a engagé la procédure auprès de la CPI - pour dénoncer "des maltraitances graves et des humiliations par des soldats britanniques".

Une première tentative de plainte devant la CPI dans ce dossier avait échoué en 2006, la Cour ayant estimé que le nombre de cas et de victimes était alors insuffisant pour justifier des poursuites, selon PIL.

Depuis l'entrée en fonction de la CPI en 2002 à La Haye, aucune des quelque 8.000 plaintes ou "communications" que le bureau du procureur a reçues n'a abouti.

bed/abk