NOUVELLES
12/01/2014 11:28 EST | Actualisé 14/03/2014 05:12 EDT

La confiance, c'est la clé du succès pour le Canadien, dit Michel Therrien

MONTRÉAL - La victoire de 2-1 en prolongation contre les Blackhawks de Chicago, samedi soir, a revêtu une importance particulière pour le Canadien, non seulement parce qu'elle a permis au directeur général Marc Bergevin et à l'entraîneur des gardiens, Stéphane Waite, d'avoir le dessus sur leur ancienne organisation, mais surtout parce qu'elle lui a insufflé une bonne dose de confiance supplémentaire.

«On peut bâtir beaucoup de choses sur le résultat (de samedi). D'abord, la confiance. Je crois que la confiance est cruciale pour une équipe de hockey, a déclaré l'entraîneur-chef Michel Therrien. La façon dont on veut jouer, c'est la même que celle que nos joueurs veulent jouer, et ils ont été récompensés. Ils ont été récompensés parce qu'ils ont accepté de payer le prix.»

C'est le cas du robuste défenseur Alexei Emelin, qui a joué samedi comme il le faisait jadis, avant sa grave blessure à un genou, en estampant le joueur étoile des Hawks Patrick Kane contre la rampe, tout comme son coéquipier Ben Smith. Le pilote du Canadien a d'ailleurs indiqué qu'il venait d'offrir sa meilleure prestation de la campagne.

«C'est un jeune qui joue avec beaucoup de confiance, a souligné Therrien. Nous savons où nous voulons qu'il améliore son jeu. C'est un bon jeune, qui est impliqué, et Jean-Jacques Daigneault a passé beaucoup de temps avec lui. C'est une bonne étape de franchie, et il doit bâtir là-dessus.»

C'est la confiance aussi qui permet de développer la constance d'une équipe, a expliqué Therrien, que le CH affronte une équipe en queue de peloton ou une des formations de tête du circuit Bettman. Une tâche qui est constamment à recommencer, et qui s'étire sur une saison entière, selon lui.

«C'est un défi pour une équipe et un athlète, d'essayer d'avoir des performances à tous les soirs, a-t-il reconnu. Samedi soir, on s'est concentré sur le présent. Il y a plusieurs erreurs qu'on a faites dernièrement, mais c'est la seule chose qu'on peut contrôler. Un match comme celui contre les Hawks va nous donner de la confiance. La confiance est très importante.»

Therrien espère ainsi que ses unités spéciales, et plus particulièrement l'avantage numérique — qui a été blanchi à ses 14 dernières opportunités — retrouve rapidement ses repères. Brendan Gallagher croit d'ailleurs pouvoir cibler la source des ennuis du CH dans cette phase de jeu.

«Il faut retrouver notre synchronisation et notre vitesse d'exécution, a-t-il expliqué. Tout part de là. Je crois qu'en ce moment nous avons de la difficulté à nous installer dans le territoire ennemi, et à partir du moment où nous y parvenons, nous sommes fatigués. Il faut régler ça, et décocher plus de tirs au filet.»

Les insuccès du CH en supériorité numérique ont même suscité les huées de quelques centaines de partisans, à bout de patience, samedi soir.

«C'est vraiment une question de confiance. En ce moment, nous sommes conscients que ça ne va pas très bien, a reconnu Tomas Plekanec. Nous nous débattons. J'espère que lorsqu'on en marquera quelques-uns, nous retrouverons notre touche en avantage numérique.»

Un point de vue partagé par le capitaine du Canadien, Brian Gionta, qui s'est fait rassurant. Surtout que le Tricolore occupe toujours le 10e rang de la LNH avec un taux de réussite de 19,2 pour cent avec l'avantage d'un homme.

«Si tu ne marques pas, tu dois générer du momentum, a mentionné Gionta. Tu ne veux pas que ça sape les efforts de tes coéquipiers. Samedi, on a généré de bonnes chances de marquer et du momentum. Mais ce n'est qu'une question de temps. Si tu fais ce que t'as à faire, alors ça viendra.»

Le Canadien tentera de relancer son attaque à cinq dès son prochain match, mardi, à domicile contre les Devils du New Jersey. Il entreprendra ensuite un séjour de quatre parties à l'extérieur qui le mènera succesivement à Ottawa, Toronto, Pittsburgh et Detroit.