NOUVELLES
12/01/2014 08:48 EST | Actualisé 14/03/2014 05:12 EDT

Des combats entre groupes rebelles ont fait près de 700 morts en Syrie

BEYROUTH - Les affrontements entre les différents groupes de l'opposition syrienne ont fait près de 700 morts au cours des derniers neuf jours dans le nord de la Syrie, ont révélé des activistes dimanche.

Des combats ont éclaté entre les membres de l'État islamique en Irak et au Levant, une organisation affiliée à Al-Qaïda, d'autres combattants islamistes et des rebelles plus modérés dans au moins quatre des provinces contrôlées par l'insurrection dans le nord.

Cette semaine, la lutte contre le gouvernement du président Bachar el-Assad, qui est pourtant à l'origine de la guerre civile qui déchire la Syrie depuis près de trois ans, a même été reléguée au second plan en raison de ces conflits.

La violence entre insurgés survient moins de deux semaines avant la tenue d'une conférence internationale à Genève dont l'objectif est de trouver une solution politique à la crise syrienne.

Les chances de réussite de ces pourparlers de paix sont toutefois très minces puisque le régime Assad a déjà affirmé qu'il ne cèderait pas le pouvoir et que la Coalition nationale syrienne (CNS), le principal groupe d'opposition de la Syrie, n'a toujours pas décidé si elle participerait à la rencontre.

Même si elle accepte d'être présente, elle n'est pas en position pour exiger des concessions de la part du gouvernement syrien, dont les troupes ont connu plusieurs succès sur le champ de bataille durant les derniers mois.

À l'ouverture d'une rencontre de deux jours à Paris dimanche, le secrétaire d'État américain, John Kerry, et 10 autres ministres des Affaires étrangères ont exhorté la CNS à envoyer une délégation à Genève, soutenant que la conférence était la seule possibilité de mettre fin au carnage.

En Syrie, les rebelles modérés, qui doivent se battre à la fois contre les militants islamistes et les soldats d'Assad, estiment que la CNS ne leur est pas vraiment utile. Plusieurs groupes ont déjà rompu avec l'organisation en exil, l'accusant d'être déconnectée de ce qui se passe sur le terrain.

Le conflit syrien s'est amorcé en mars 2011 avec des manifestations pacifiques contre Bachar el-Assad. La violente répression du gouvernement a toutefois donné naissance à une insurrection armée qui aurait fait plus de 120 000 morts et poussé 2 millions de personnes à fuir le pays.