NOUVELLES
12/01/2014 04:25 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

Ariel Sharon, un "héros d'Israël" controversé selon la presse

Les médias israéliens présentaient dimanche le général Ariel Sharon, décédé samedi, comme un "héros d'Israël" malgré les multiples controverses qui ont entouré l'ex-Premier ministre durant toute sa carrière.

Les quotidiens consacraient plus de la moitié de leur pagination à la disparition d'"Arik" (diminutif d'Ariel), les éditorialistes tirant des bilans contrastés d'une des figures qui a le plus marqué l'histoire d'Israël.

Le quotidien Maariv (centre-droit) publie un célèbre portrait de Sharon en "gentleman farmer", portant un agneau sur son épaule dans sa ferme familiale des Sycomores, non loin de la bande de Gaza, où il sera inhumé lundi aux côtés de sa seconde épouse Lily.

"Il fut un génie à la fois généreux et cruel", écrit dans ce journal Shalom Yerushalmi. "De la même façon qu'il était dur avec lui même, en particulier sur les champs de bataille, il manifestait un mépris pour ses opposants (...) C'était Sharon pour le meilleur et pour le pire", souligne-t-il.

Pour le quotidien gratuit Israël Hayom, proche de l'actuel Premier ministre Benjamin Netanyahu, "tout le monde est d'accord pour le considérer comme un de ceux qui ont façonné l'image de l'Etat d'Israël malgré les critiques qu'il a subies de la part de la gauche sur la guerre du Liban (1982-2000) et de la droite sur le retrait (de la bande de Gaza en 2005)".

Le tabloïd Yediot Aharonot choisit une touche plus personnelle en affichant à la une un cliché affectueux du couple Sharon sous le titre "Arik revient dans sa ferme pour l'éternité".

Son influent commentateur Nahum Barnea, dans un éditorial intitulé "Le guerrier va se reposer", rappelle qu'Ariel Sharon "incarnait tout ce que les +Pères de la Nation+ rêvaient de voir avec la génération de leurs fils nés en Israël: beau, fort, travailleur de la terre et soldat toute sa vie".

Il était "Monsieur Israël", résume dans ce journal Ehud Olmert, qui lui succéda au poste de Premier ministre en 2006.

'Presque De Gaulle'

Même le quotidien Haaretz, journal de la gauche israélienne et farouche adversaire de Sharon, livre un bilan nuancé.

Il relève que le désengagement unilatéral de Gaza et l'expulsion de l'enclave palestinienne de plus de 8.000 colons israéliens "constituent son héritage politique et a créé un important précédent en montrant que les colonies ne sont pas éternelles".

D'ailleurs, Haaretz critique ses successeurs, Ehud Olmert et Benjamin Netanyahu: "Depuis le départ de Sharon, Israël manque d'un leadership politique qui reconnaisse les limites de la force, maintienne l'alliance avec les Etats-Unis et fasse preuve de courage dans les Territoires (palestiniens) sans se laisser impressionner par les colons".

Dans ce même journal, l'historien et politologue Shlomo Avineri titre son article "Presque De Gaulle", évoquant la décision de l'ancien président français de quitter l'Algérie.

Enfin, le Jerusalem Post conclut qu'avec la mort d'Ariel Sharon, "l'Etat d'Israël a perdu une de ses figures les plus charismatique, colorée et influente de son histoire".

"Arik" n'a cessé "durant toutes les étapes de sa carrière de déclencher des tempêtes de controverses", relève le quotidien anglophone. Toujours, il fut "un héros populaire, un de ceux qu'on appelle par son prénom".

jlr/agr/faa